Critique de “Call of Duty: Vanguard”: je préfère jouer à Halo

| |

“Avant-garde” est gonflé. Avec son désordre de pop-ups, d’icônes et de menus, cela m’a rappelé Facebook, servant avec soif une avalanche de notifications insignifiantes. En jeu, il est élégamment vêtu mais simple, comme un enfant de parents aisés qui peut se permettre d’être un peu terne. Quand je pense à “Halo Infinite” ou “Battlefield 2042”, je peux décrire les deux jeux de manière assez vivante et concise. Il est évident, même après quelques heures, quel genre d’expérience ces jeux essaient de mettre en place. Mais quand je pense à “Vanguard”, un flou beige me vient à l’esprit. L’année dernière, dans ma critique de “Call of Duty: Black Ops Cold War”, j’ai décrit le mode Zombies de ce titre comme “un monstre de Frankenstein de fonctionnalités, une boule de neige laide qui roule depuis plus d’une décennie, plus de boue, de bâton, de pierre et vieux pansements que la neige. Tout “Vanguard” se sent de cette façon.

Previous

Suivi en direct des meilleures offres sur Apple, iRobot et plus

Apple poursuit NSO Group pour avoir fabriqué un logiciel espion pour iPhone

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.