Correos devrait réduire sa taille, selon l'autorité fiscale

0
35

Bureau de poste est à la croisée des chemins sous la loupe de Bruxelles pour voir jusqu'où cela fonctionnelibéralisation partielle du marché en Espagne et, en même temps, essayez de renverser certains comptes où les chiffres rouges sont historiquement passés. Et au milieu de ce débat, le Autorité fiscale indépendante (AIReF) a produit un rapport critique avec le niveau élevé de ressources publiques reçues chaque année, en principe destiné à se permettre des services postaux universels, c’est-à-dire l’offre de base de correspondance en Espagne.

L’organisme de surveillance commence par analyser une demande décroissante des clients du secteur, auquel la société ne s’était pas encore adaptée. Ainsi, par exemple, il soutient que "Il ne semble pas que ce soit une demande citoyenne" de collecter et de livrer la correspondance quotidiennement (sans compter les week-ends où il n'y a pas d'activité), il propose donc de différer quelque chose de plus pour économiser les ressources humaines et matérielles.

Dans le même ordre d’idées, il demande à l’État – Correos dépend Ministère du développement– qui élimine l'obligation de disposer d'un nombre minimal de bureaux de poste et fait de même pour les points de collecte. Pour "améliorer l'efficacité du service", il propose également Externaliser certaines activités et réduire "le temps consacré à celles qui génèrent le moins de valeur ajoutée".

Plus «Efforts d'automatisation» dans les processus et un "Simplification" de la structure organisationnelle Ce sont d’autres recettes du «plan d’efficacité» sur les coûts préparé par AIReF. Et avant le Apparente «absence stratégique de définition» de Correos, propose de dégager davantage de rabais – qu'il considère "excessif" auprès de ses grands clients afin de ne pas perdre de part de marché, alors que le prix d'une lettre ordinaire a augmenté de 43% entre 2014 et 2018 – et nouvelles routes commerciales, profitant de leurs bureaux pour fournir des services non postaux. C’est quelque chose que la société envisage déjà de réaliser dans le cadre de ses nouvelles lignes stratégiques, par exemple en agissant en tant que genre de bureau de banque dans les zones ruraless qui n'en ont pas.

«Privatisation secrète»

À partir de UGT et CC OO ils dénoncent le fait qu'une "privatisation déguisée" semble être en cours – le rapport souligne même l'élimination de certains produits inclus dans le service universel et subventionné – mais AIReF critique le fait que Correos recevra 1 450 millions d'euros de l'État via les budgets entre 2011 et 2020L'Espagne est le quatrième pays de l'UE qui paie le plus pour le service postal-, somme que Fomento souhaite même atteindre 2 220 millions alors que 85% de ses bureaux dans les grandes capitales enregistrent des pertes selon cet organisme et que, de plus, présente actuellement déficit "structurel" de 220 millions.

Pour l'éliminer précisément, l'opérateur postal a demandé de porter cette subvention annuelle à 180 millions d'euros et de souligner que de janvier à mars, ils ont réalisé leur premier bénéfice net (15,2 millions) depuis 2012. Dans CC OO, on parle de «Lobby puissant» favorable au démantèlement de la Poste », parmi lesquels figurent la Commission européenne – qui a ordonné en 2018 à l'Espagne de récupérer 167 millions des subventions accordées au groupe, de les voir "excessives" par rapport au coût réel du service postal universel -, certains partis politiques et organisations professionnelles du secteur le service des colis, en plus d'organismes publics tels que la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC), la Cour des comptes et désormais AIReF elle-même.

(tagsToTranslate) mail (t) doit (t) réduire (t) la taille (t) en fonction de (t) autorité fiscale (t)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.