nouvelles (1)

Newsletter

Ce que vous pouvez voir dans le ciel nocturne cette semaine

Chaque lundi, je sélectionne les points culminants célestes de l’hémisphère nord (latitudes nord moyennes) pour la semaine à venir, mais assurez-vous de vérifier mon flux principal pour des articles plus approfondis sur l’observation des étoiles, l’astronomie, les éclipses et plus encore.

Que voir dans le ciel nocturne cette semaine : du 27 juin au 3 juillet 2022

Ce n’est pas facile d’aller observer les étoiles en été à cette période de l’année dans l’hémisphère nord. Les nuits sont tellement courtes. La meilleure raison de se coucher tard et d’aller dans un endroit sombre est la vue des bras en spirale de notre galaxie de la Voie lactée qui traversent le ciel nocturne. Regardez vers le sud-est et le sud pour cela ce mois-ci – et cette semaine en particulier, qui sera en grande partie sans lune.

Lorsque notre satellite émergera de sa conjonction de Nouvelle Lune avec le Soleil, attendez-vous à des vues luxuriantes d’un mince croissant de Lune. Qui a dit que l’été n’était pas propice à l’observation des étoiles ?

Lundi 27 juin 2022 : Pluie de météores Boötids et un le croissant de Lune rencontre Mercure

La pluie de météores June Boötids – parfois appelée pluie de météores June Draconids ou Boötid-Draconids – se déroule chaque année entre le 22 juin et le 2 juillet, mais culmine aux premières heures du 27 juin 2020.

Si vous êtes en train d’observer les étoiles tard ce soir, gardez un œil sur les quelque 50 “étoiles filantes” attendues par heure. Le point rayonnant de la douche – la source apparente des étoiles filantes – est la constellation de Boötes.

Si vous êtes encore debout avant l’aube, vous pourriez attraper la planète Mercure à seulement 3,9º d’un croissant de Lune incroyablement mince à 2,6 %, mais soyez très prudent si vous utilisez des jumelles pour vous aider car le Soleil levant n’est PAS quelque chose que vous voulez dans votre champ de vue.

Mardi 30 juin 2022 : un croissant de lune ultra-mince et le « jour des astéroïdes »

Aujourd’hui est Journée des astéroïdes. Avec un peu de chance, il n’y aura rien à voir foncer vers (ou même percuter) notre planète, mais c’est une bonne occasion de considérer la menace posée à la Terre par les roches spatiales entrantes. Ce qui va vraiment tout changer, c’est l’observatoire Vera Rubin, qui à partir de 2022 déploiera une caméra grand angle pour cartographier le ciel nocturne en temps réel– et identifier plusieurs milliers d’astéroïdes jusqu’ici introuvables.

Vendredi 1er juillet 2022 : ‘Earthshine’ sur un croissant de lune

Vous devriez avoir une vue beaucoup plus claire d’un croissant de lune aujourd’hui. Désormais illuminé à 8 %, ce sera un spectacle époustouflant dans un ciel clair, notamment parce que vous pourrez voir la lumière du soleil se refléter sur la Lune par la Terre sous forme de “Earthshine” ou “planet-shine”. C’est un spectacle subtil, mais une fois vu, il ne peut pas être invisible ; regardez le limbe assombri de la Lune avec vos yeux, ou mieux encore, avec une paire de jumelles, pour apprécier ce beau spectacle.

En prime, il ne sera qu’à 3,5 ° du Beehive Cluster, bien que vous ayez besoin d’une paire de jumelles pour voir ses quelque 30 étoiles facilement visibles.

Samedi 2 juillet 2022 : ‘Earthshine’ sur un croissant de Lune et Regulus

Ce soir, juste après le coucher du soleil, regardez vers l’ouest pour un croissant de lune à 14%, affichant à nouveau Earthshine. Les étoiles qui l’entoureront seront celles de la “faucille” dans la constellation du Lion. La plus brillante, à environ 5º à gauche de la Lune, sera l’étoile la plus brillante du Lion, Regulus. C’est l’une des étoiles les plus brillantes du ciel nocturne et distante d’environ 78 années-lumière.

Objet de la semaine : nuages ​​noctulescents

À cette période de l’année, le crépuscule semble durer éternellement aux latitudes nord, alors envisagez de rechercher un affichage « fantomatique » de nuages ​​noctilescents ou « nocturnes brillants » (NLC). À leur meilleur dans le ciel crépusculaire du nord en juin et juillet (à des latitudes comprises entre 50° et 70° au nord et au sud de l’équateur), les NLC sont des nuages ​​​​de haute altitude très délicats de poussière glacée qui se forment à environ 80 kilomètres. Parce que le Soleil n’est jamais trop loin sous l’horizon à ces latitudes, ils sont subtilement éclairés pendant une courte période. Il est préférable de les voir à l’œil nu ou avec une paire de jumelles.

Je vous souhaite un ciel clair et de grands yeux.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT