Urgence Jessa gémit sous l’emprise des patients, des volontaires avec… (Hasselt)

Hôpital

Hasselt

Le service des urgences de l’hôpital Jessa à Hasselt a un très grand afflux de patients. Par rapport à la même période en 2019, le nombre de patients a augmenté de 20 %. L’urgence fera appel à partir de lundi à huit volontaires qui pourront aider les infirmières dans les tâches non liées aux soins. « Il est grand temps pour le personnel de santé et les médecins d’avoir un vaccin de rappel », sonne-t-il.

La source: BELGE

L’afflux remarquable de patients est en partie dû à la quatrième vague de personnes non vaccinées avec des plaintes Covid et au retard des soins : des patients atteints de maladies graves qui n’ont pas eu de bilan annuel avec leur médecin ou spécialiste ces derniers mois. De plus, il y a beaucoup de personnes intoxiquées par l’alcool, ce qui augmente énormément la charge de travail, semble-t-il.

« La pression sur toute l’équipe d’urgence est exceptionnellement élevée, tout comme dans le reste de l’hôpital. Et puis l’hiver et la saison de la grippe doivent encore commencer”, explique le directeur médical Jos Vandekerkhof. « Deux éléments provoquent une frustration supplémentaire : les ivrognes qui entrent la nuit et causent des nuisances. Nos infirmières qui doivent aider gravement malades peuvent vraiment manquer cela. Et puis il y a de plus en plus de patients non vaccinés qui se présentent avec des plaintes de Covid. Je comprends très bien qu’une infirmière qui est sous pression a beaucoup de mal avec ça.

L’hôpital Jessa demande au gouvernement de prendre une décision rapide pour donner au personnel de santé et aux médecins une troisième vaccination (de rappel). « Le personnel de santé vacciné qui tombe malade après une infection est une réalité et nous devons vraiment la prévenir », déclare Vandekerkhof : « Nous devons surveiller attentivement la continuité des soins. »

À partir de lundi, Jessa déploiera huit volontaires pour soutenir l’urgence. Ils assumeront un certain nombre de tâches en marge des soins, telles que l’accueil des patients et de leur superviseur. L’hôpital du Limbourg oriental (ZOL) à Genk indique également que le service des urgences est de plus en plus occupé, mais qu’il y a encore suffisamment de personnel disponible.

Le volontaire Tom Smet (60 ans) commencera à travailler comme volontaire au service des urgences de l’hôpital Hasselt Jessa lundi. © RR

De la boulangerie aux urgences

Bakker Tom Smet (60 ans) de Herentals sera le premier volontaire à donner le coup d’envoi lundi. “Il y a deux ans, j’avais déjà le travail de ma vie avec Jessa.”

En plus de son travail à temps plein en tant que chef pâtissier, Tom a été actif en tant que volontaire pour les pompiers de Herentals pendant trente ans. « Il y a deux ans, j’ai commencé à travailler comme chauffeur d’ambulance à l’hôpital Jessa pour développer le transport interhospitalier », dit-il. “C’était le travail de ma vie.” Lorsqu’il a vu que des volontaires étaient recherchés, il n’a pas hésité une seconde. « Deux demi-journées par semaine, je serai au service des urgences comme point de contact pour les patients et leurs familles », dit-il. « Les examens peuvent parfois prendre beaucoup de temps et certaines personnes peuvent devenir nerveuses. Mais ensuite, je serai là pour demander aux médecins combien de temps cela prendra ou ce qui se passera exactement. Comme ça, je peux rassurer un peu les gens. De plus, il sera également le premier à recevoir beaucoup de monde en cas d’urgence. « Je suis conscient qu’il y aura parfois des histoires lourdes, mais je suis aussi ambulancier aux pompiers depuis dix ans. J’ai tout vécu et tout vu là-bas. Je peux gérer ça.(b, village)

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT