Home » Une soufflerie à plasma détruit un modèle satellite lors d’un test de rentrée atmosphérique

Une soufflerie à plasma détruit un modèle satellite lors d’un test de rentrée atmosphérique

by Nouvelles

L’Agence spatiale européenne a révélé une simulation de ce qui se passe lorsque « l’un des éléments les plus massifs d’un satellite » rentre dans l’atmosphère terrestre.

Selon la vidéo publiée par l’agence, un tunnel de vents de plasma a complètement vaporisé un modèle satellite, qui montre comment la vitesse et la chaleur de la rentrée dans l’atmosphère peuvent anéantir même les plus grandes parties des satellites spatiaux.

L’Agence spatiale européenne a expliqué que cette destruction complète est une bonne chose, car les débris spatiaux se déplaçant rapidement qui pénètrent dans l’atmosphère terrestre peuvent présenter un risque important si les débris spatiaux survivent aux pressions de la rentrée.

Dans un communiqué, des représentants de l’agence spatiale ont déclaré qu’en testant les seuils de température des satellites, les ingénieurs peuvent concevoir des engins spatiaux suffisamment puissants pour faire leur travail, mais qui brûleront également en toute sécurité dans l’atmosphère lorsqu’ils tomberont sur Terre.

Une fois la mission du satellite terminée, les opérateurs peuvent retirer l’objet de l’orbite à l’aide de son système de contrôle pour abaisser le périgée du satellite, ou point orbital, le plus proche de la Terre, dans ce que l’on appelle une rentrée contrôlée.

Lorsque le périhélie est suffisamment bas, la gravité prend le relais et tire le vaisseau spatial vers le bas, selon l’Agence spatiale européenne.

Lire la suite

Cette méthode rentre dans l’atmosphère à un angle très prononcé, garantissant ainsi que les débris frapperont ensuite une zone relativement petite. Les opérateurs de satellites ciblent généralement l’océan ouvert pour réduire les risques pour les personnes, selon l’Agence spatiale européenne.

En comparaison, les rentrées non supervisées n’envoient pas le satellite dans une zone d’atterrissage désignée. Mais pour qu’un opérateur envoie un satellite dans l’atmosphère terrestre lors d’un atterrissage incontrôlé, les agences fédérales de réglementation des satellites exigent la preuve que le risque de blessure par collision est inférieur à 1 sur 10 000, selon l’Agence spatiale européenne.

Pour atteindre ce degré de certitude, les ingénieurs doivent démontrer que toutes les parties du satellite en chute brûleront avant de s’approcher de la Terre, comme en témoigne la fusion du satellite dans des images filmées à l’intérieur d’une salle d’essai du Centre aérospatial allemand (DLR), à Cologne. , Allemagne. Les scientifiques y ont simulé des conditions de rentrée en utilisant du gaz chauffé par un arc électrique à des températures de plus de 12 000 degrés Fahrenheit (6 700 degrés Celsius), selon l’Institute of Aerodynamics and Flow Technology du DLR.

Lire la suite

Comment de petits morceaux de débris spatiaux causent-ils des dégâts incroyables ?

Dans la vidéo, le Solar Array Drive Mechanism (SADM), la partie du satellite qui guide la position des panneaux solaires, et l’une des plus grandes parties d’un satellite modèle, pénètre dans la chambre à vent à plasma.

Des expériences visant à rendre le SADM plus sensible à la destruction atmosphérique ont commencé il y a un an. Dans la première phase, les chercheurs ont construit des modèles logiciels pour SADM qui ont testé le point de fusion d’un nouveau type de vis en aluminium.

Les scientifiques ont ensuite construit un modèle physique 3D de SADM à l’aide de nouvelles vis en aluminium et l’ont testé à l’intérieur de la chambre à plasma. Le modèle a rencontré des vitesses de vent de milliers de miles par heure, qui ont reproduit des conditions similaires à la rentrée atmosphérique, et le résultat a été un SADM évaporé comme les modèles logiciels l’avaient prédit, selon les représentants de l’ESA.

Des expériences de fusion de satellites comme celle-ci font également partie du programme de l’Agence spatiale européenne, appelé CleanSat, dans lequel l’agence étudie et teste de nouvelles technologies afin que les futures conceptions de satellites en orbite basse suivent un concept connu sous le nom de “D4D” ou “design for demise, », selon l’Agence spatiale européenne.

Source : Sciences en direct

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.