nouvelles (1)

Newsletter

Une étude révèle l’impact généralisé de la pandémie de COVID-19 sur les soins maternels et néonatals en Europe

La pandémie de COVID-19 a entraîné des carences et de grandes inégalités dans la prise en charge des mères et des nouveau-nés en Europe. C’est ce que montre une étude à laquelle des chercheurs de l’Université de Göteborg et de l’Université de Lund ont participé et présentent maintenant les résultats.

L’article, publié dans la revue scientifique The Lancet Regional Health Europe, est basé sur une enquête transversale de 12 pays européens. Au total, 21 027 femmes, dont 4 800 en Suède, ont rempli un questionnaire en ligne de manière anonyme du 1er mars 2020 au 30 juin 2021.

En utilisant les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le but de l’étude était de rendre compte de la qualité des soins pendant la grossesse et l’accouchement, telle que rapportée par les femmes elles-mêmes, pendant la pandémie de COVID-19 en Europe. À ce jour, les études comparatives évaluant la façon dont les femmes ont perçu la qualité des soins maternels et néonatals pendant la pandémie ont fait défaut.

L’étude fournit une image unique

Sur les 18 063 répondants qui avaient subi un travail, la moitié estimaient que les soins maternels et néonatals avaient été affectés négativement en raison de la pandémie. 42 pour cent ont déclaré avoir des difficultés à obtenir une aide adéquate pendant le travail, et 31 pour cent ont dit la même chose à propos de l’allaitement. 62 pour cent n’étaient pas autorisés à être accompagnés par leur compagnon de choix dans la salle de travail.

Le chercheur responsable en Suède est le Dr Helen Elden, maître de conférences et professeur agrégé en santé génésique et périnatale à l’Institut des sciences de la santé et des soins, académie Sahlgrenska, université de Göteborg, et sage-femme consultante principale de l’hôpital universitaire de Sahlgrenska.

L’étude est unique en ce qu’elle rapporte comment plus de 21 000 femmes de 12 pays européens ont bénéficié de la qualité des soins maternels et néonatals pendant la pandémie de COVID-19. »

Dr Helen Elden, Académie Sahlgrenska, Université de Göteborg

Les principaux résultats comprenaient une qualité globalement inférieure des soins perçue par les femmes qui avaient subi un accouchement par césarienne et de grandes différences dans la qualité des soins fournis dans les différents pays d’Europe.

Les normes de soins maternels et néonatals les plus basses ont été signalées par les femmes en Croatie, en Roumanie et en Serbie, tandis que les plus élevées ont été signalées par les femmes qui accouchent en France, au Luxembourg, en Espagne, en Suède et en Allemagne. Les autres pays inclus dans l’étude étaient l’Italie, la Norvège, le Portugal et la Slovénie.

Les femmes plus jeunes et celles qui ont subi un accouchement instrumental (foceps ou aspiration ventouse) ont donné des notes de qualité significativement inférieures. Une conclusion notable pour la Suède était que seulement 36 pour cent des femmes ont été invitées à donner leur consentement avant l’accouchement instrumental, tandis que l’utilisation insuffisante d’équipements de protection était également une autre caractéristique distinctive.

De sérieux défauts de qualité

Le Dr Karolina Lindén est sage-femme et maître de conférences associé à l’Institut des sciences de la santé et des soins de l’académie Sahlgrenska de l’université de Göteborg. Elle a été critique sur certaines des conclusions.

“La Suède se distingue par le fait que 65% des femmes qui accouchent ont signalé que le personnel manquait des équipements de protection nécessaires, tels que des masques et des visières, lors de leurs contacts avec les patients. Le manque d’équipements de protection au début de la pandémie est une cause probable . Autre constat, le consentement de la femme était rarement demandé lorsque l’accouchement s’est terminé par l’utilisation d’une ventouse ventouse. Ce sont de graves manquements à la qualité des soins obstétricaux mis en évidence par les femmes.

Le Dr Mehreen Zaigham, résident au département d’obstétrique et de gynécologie de l’hôpital universitaire Skåne à Malmö et chercheur à l’université de Lund, a noté certains des résultats positifs rapportés par les mères suédoises participant à l’étude.

« Près d’une femme sur quatre ayant participé à l’étude a accouché en Suède et était largement satisfaite de la qualité des soins maternels et néonatals qui leur ont été fournis. La Suède s’est classée en tête de l’indice de qualité de l’OMS”, dit-elle.

Selon les chercheurs, les résultats de l’étude pourraient contribuer à inciter à prendre des mesures pour améliorer les soins maternels et néonatals à travers l’Europe.

“L’étude montre qu’il est important de réduire les inégalités et de promouvoir des soins fondés sur des preuves et centrés sur le patient pour toutes les mères et les nouveau-nés en Europe, à la fois pendant et après la pandémie”, conclut Helen Elden.

La source:

Référence de la revue :

Lazzerini, M., et al. (2021) Qualité des soins maternels et néonatals en établissement au moment de l’accouchement pendant la pandémie de COVID-19 : enquête en ligne sur les perspectives maternelles dans 12 pays de la Région européenne de l’OMS. The Lancet Regional Health – Europe. doi.org/10.1016/j.lanepe.2021.100268.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT