Rassemblement pour exiger la reconnaissance des migrants comme mineurs devant le Conseil d’État

| |

Un mois après l’installation dans le centre de Paris d’un camp de 70 jeunes migrants, considérés par plusieurs associations comme des mineurs non accompagnés, une centaine de personnes ont manifesté le 30 juillet pour exiger un accueil digne en «urgence».

🔴 Rassemblement Place du Palais Royal face au Conseil d’Etat, en solidarité avec les mineurs non accompagnés. L’initiative est dirigée par Médecins sans frontières (@MSF_france) et d’autres #les associations pour interpeller les pouvoirs publics.# Mineurs isolés#sanspapiers#Parispic.twitter.com/tGLpxHQEE7

– Charles Baudry (@CharlesBaudry) 30 juillet 2020

«Mineurs oubliés», «Mineurs abandonnés», «Nous ne sommes pas des menteurs»: militants et migrants, porteurs de pancartes, ainsi rassemblés devant le Conseil d’État. Ils ont alerté sur le sort de ces «mineurs non accompagnés» qui vivent sous des tentes depuis fin juin près de la place de la République.

📸Retour en quelques images sur le rassemblement place du Palais Royal en solidarité avec les mineurs non accompagnés, 1 mois après l’installation au centre de Paris d’un camp de 70 jeunes migrants.# Mineurs isolés#sanspapiers#Parispic.twitter.com/zM29Q1UFI8

– Charles Baudry (@CharlesBaudry) 30 juillet 2020

Tous ont été évalués majoritairement par plusieurs départements d’Ile-de-France et leurs dossiers sont rejetés par la protection de l’enfance (ASE) mais ils contestent cette appréciation et se retrouvent dans une “impasse” au moment de leur recours, selon les associations qui les aident: Utopia 56, Comede, Médecins sans frontières (MSF) et deux autres groupes.

Rassemblement de #solidarité avec des mineurs non accompagnés. Parce que le lieu d’un #enfant, ce n’est pas la rue! #RefugeesWelcome# réfugiés@MSF_france@EELV_Paris@ParisUrgence@MdpMouvementpic.twitter.com/aUQXwxg8Xu

– François Bechieau (@Fr_Bechieau) 30 juillet 2020

Ces ONG font campagne pour qu’ils soient considérés comme mineurs et pris en charge comme des enfants à risque pendant le processus judiciaire, qui peut durer entre six et dix-huit mois. «Ils campent depuis un mois, c’est difficile. Une solution doit être proposée de toute urgence », a prévenu Corinne Torre, responsable de MSF en France, qui appelle à un débat national. Ils sont «environ 300» dans la même situation à Paris et en banlieue, vivant dans des hôtels ou dans la rue, selon MSF.

Selon les associations, de nombreux départements utilisent des évaluations minoritaires pour exclure les jeunes de la prise en charge des mineurs non accompagnés, ce qui leur coûte environ 2 milliards d’euros par an. Après contestation, MSF veille à ce que plus de la moitié des jeunes pris en charge par ses services soient enfin reconnus mineurs par les tribunaux. Les associations demandent à Paris de «montrer l’exemple» aux autres départements, en créant un dispositif pour ces jeunes pendant qu’ils agissent.

Accepteriez-vous que vos enfants dorment dehors?
Devant le Conseil d’Etat pour demander un logement pour les jeunes migrants qui campent sur la place Jules Ferry. # Paris11#RefugeesWelcomepic.twitter.com/QdkXCBnL45

– Erwan Weymeersch (@Petit_HommeVert) 30 juillet 2020

Le maire de Paris discute «depuis mars avec le préfet de région pour ouvrir un centre d’hébergement pour les plus vulnérables de ces jeunes», a déclaré à l’AFP l’assistant de solidarité, Dominique Versini. Il doit être «cofinancé par l’Etat» car ces jeunes «sont sous sa garde». Un site a été récemment “trouvé” et l’Etat discute avec une association susceptible de le gérer, a-t-elle ajouté. Cependant, l’ouverture du centre “nécessite des travaux” et la mairie propose “d’ouvrir un gymnase pour accueillir ces jeunes en attendant”.

Interrogée ce 30 juillet au matin, la préfecture d’Ile-de-France n’avait pas encore répondu.

Via RT

Previous

Le nouveau coronavirus est présent chez la chauve-souris depuis au moins 40 ans

Herman Cain, ancien candidat à l’investiture républicaine à la présidence, décède d’un coronavirus

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.