Quelles sont les conséquences si le prix de location est simulé

| |

Nous avons une simulation du prix de bail, lorsque les parties conviennent d’indiquer une redevance autre que celle effectivement convenue. Le contrat officiellement conclu sera enregistré auprès de l’Agence du revenu. Cependant, il existe un accord privé entre le propriétaire et le locataire, où le loyer réel est déclaré. Nous nous demandons: «quelle serait la motivation de cette simulation? Plus précisément, le propriétaire économise sur les impôts et le locataire obtient généralement une réduction pour l’avantage accordé. Mais voyons quelles sont les conséquences si le prix de location est simulé. La loi et aussi la Cour suprême regardent le phénomène avec beaucoup de rigueur et d’aversion. Par conséquent, puisqu’il peut arriver que l’une des deux parties fasse appel au juge pour le non-respect par l’autre des accords officiels, voyons quels accords prévalent.

Validité du contrat

Tout d’abord, le contrat de location doit être enregistré pour produire ses effets. En cas de non-enregistrement, aucune des parties ne peut obtenir une protection juridique. Dans tous les cas, il est possible d’enregistrer le contrat de location tardivement, sous réserve du paiement des taxes et pénalités dues. Dans ce cas, l’enregistrement entraînera une amnistie avec effet rétroactif, c’est-à-dire à compter de la date de la stipulation. Dans le cas présent, lorsque le contrat est simulé, les parties peuvent également l’enregistrer. Cependant, ils conviennent qu’un accord différent et séparé, tenu secret, est effectif entre eux. Ce dernier, cependant, est considéré comme nul aux fins d’art. 13 du décret législatif. 431/1998, comme contraire à la loi.

Location avec prix simulé

Revenant à la question: «quelles sont les conséquences si le prix du bail est simulé? », essayons d’affiner la réponse. Dans ces cas, les honoraires contenus dans le contrat enregistré sont valables, ainsi que les autres conditions contractuelles. En revanche, il n’en est pas de même pour l’accord simulé, puisque la nullité accable la partie de la rente en noir. Le loyer officiel, en revanche, est celui dû par la loi, avec pour conséquence qu’il peut être exigé par le bailleur en cas de défaut du locataire. En revanche, le locataire peut éviter de payer la somme supplémentaire, convenue dans le contrat simulé, sans risquer l’expulsion. Si, en revanche, il a payé plus, conformément à l’accord susmentionné, il peut demander le remboursement de la franchise. Évidemment, la preuve de paiement est difficile si elle était en espèces mais il est toujours possible de lui fournir des reçus, des courriels ou des messages et d’autres moyens.

À cet égard, le Court Suprème il a également précisé que le contrat dissimulé n’est pas nul simplement parce que l’obligation d’enregistrement a été violée. C’est, en fait, aussi et surtout car il vise la fraude fiscale, il est donc contraire aux règles impératives. Ce type de défaut est incurable et ne permet même pas une inscription tardive.

Previous

déchaînés sur le chemin du bus, les supporters lensois mettent le feu

Il y avait des rendus et des caractéristiques du Samsung Galaxy S21 Ultra

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.