Sports Prix ​​d'Amérique: Eric Raffin rêve de victoire avec Bold...

Prix ​​d’Amérique: Eric Raffin rêve de victoire avec Bold Eagle

-

Dans un monde trotteur marqué par une domination totale depuis deux décennies de Jean-Michel Bazire, ce dernier a décidé de se détendre et de laisser sa place de numéro un à ses adversaires. Une opportunité que Eric Raffin n’a pas ratée en 2019.

Son incroyable année lui a permis de remporter son premier Sulky d’or et d’égaler le record de victoires (345) sur un an établi en 2006 par Jean-Michel Bazire. C’est donc avec un nouveau statut qu’Eric Raffin aborde le Prix d’Amérique. D’autant plus que le pilote vendéen sera associé à l’une des légendes de Vincennes, Aigle audacieux.

Sur le papier, l’association du meilleur pilote avec l’un des meilleurs chevaux de travail est un rêve. «J’ai moins de pression que lorsque j’ai remplacé Franck Nivard, admet Eric Raffin. Aujourd’hui, lorsque vous frappez la piste, vous n’êtes plus le grand favori. Cela a un impact sur un conducteur. Le pilote avait remplacé son collègue suspendu pour deux courses, pour autant de succès. C’était en 2016. Une toute autre époque.

“La pression est totalement différente”

Aigle audacieux était alors LE cheval imbattable. Aujourd’hui, le double vainqueur de l’épreuve reine a 9 ans et peut ne plus avoir la même envie que par le passé. “Même s’il reste Aigle audacieux, c’est un peu vieillissant, reconnaît Eric Raffin. Évidemment, c’est une fierté de le diriger, mais la pression est totalement différente. “

PODCAST. Prix ​​d’Amérique: la vie sauvage de Jean-Michel Bazire, le «Zidane» des courses hippiques

Après une rencontre hivernale 2018-2019 décevante, l’entourage de Bold a décidé de se passer des services de Franck Nivard. Depuis, deux chauffeurs y sont associés. Björn Goop et Tony Le Beller. «On m’a proposé de l’emporter au Canada en octobre, mais j’ai refusé parce que j’étais à la recherche du Golden Sulky», explique Eric Raffin. Heureusement, cela n’a pas posé de problème au conducteur à son retour en France. En deux courses, les deux champions n’ont pas encore réussi à s’imposer.

Concurrence féroce

Si Bold Eagle connaît la voie du succès dans le Prix d’Amérique, ce n’est pas encore le cas d’Eric Raffin, malgré sa présence à cette compétition depuis 2009. «Je rêve évidemment de gagner l’Amérique une fois dans ma carrière. C’est une course si spéciale. Elle prend une toute nouvelle dimension dans le classement d’un pilote. Les gens se souviennent de vous comme du vainqueur du Prix d’Amérique. Il n’y a qu’une seule course comme celle-ci dans l’année et il ne faut pas la manquer. La saveur est différente par rapport à un Golden Sulky où vous vous battez toute l’année. Là, vous n’avez aucune marge d’erreur. “

Entre son nouveau statut de numéro un et son association à un cheval d’exception, tous les signes semblent enfin s’être réunis pour faire du rêve d’une carrière un succès. Cependant, le talent combiné de ce duo choquant ne semble pas suffisant pour l’emporter. “Mon cheval est en bonne forme mais Davidson du Pont et Face Time Bourbon me semblent meilleurs sur le papier, rétorque fatalement Eric. Bold a bien couru dans le Prix de Bourgogne même s’il s’est retrouvé avec des jambes lourdes.dimanche), ce sera une question bien sûr. Si tout se passe bien, cela ne sortira pas des cinq premiers. “

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest news

Un record bat le Metk Funk

The Meters, en 1970. Collection Gilles PETARD / DALLE APRFTout d'abord, comme de nombreux groupes, ils ont...

Marine Le Pen suggère d’arrêter le coronavirus en établissant des contrôles aux frontières avec l’Italie

Juan Pedro QuiñoneroSUIVEZCorrespondant à Paris Mise à jour:23/02/2020 15: 59h sauvegarder ...

Must read

Un record bat le Metk Funk

The Meters, en 1970. Collection Gilles PETARD...

You might also likeRELATED
Recommended to you