Prévisions : les prix se calment, mais d’ici la fin de 2022

Le ministre des Finances Valeri Belchev a participé hier à la réunion annuelle du Conseil de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La Bulgarie est candidate à l’adhésion à l’organisation.

L’économie croît de plus de 4 % au cours des deux prochaines années, et les salaires – de 7 à 8 %

La hausse des prix va continuer à s’accélérer et à la fin de 2021 l’inflation atteindra 3,8% et la moyenne annuelle – 2,2%. Il y aura un ralentissement des prix, mais cela est prévu d’ici la fin de 2021, lorsque l’inflation pour l’année ralentira à 2%.

C’est ce qu’indiquent les prévisions d’automne du ministère des Finances, qui tiennent compte de la forte reprise économique mondiale au premier semestre 2021.

Les attentes des prévisions d’automne tablent sur une hausse plus forte du pétrole et des matières premières non énergétiques en 2021 par rapport aux hypothèses du printemps. L’agence rapporte que l’année prochaine, il existe un risque de hausse des prix des matières premières et des biens en raison de la rupture des chaînes d’approvisionnement.

Cependant, les finances font le pari que la tendance favorable à la reprise se poursuivra l’année prochaine. Mais l’effet de fond de la crise provoquée par la pandémie et les mesures restrictives prises ne se feront plus sentir, mais s’orienteront progressivement vers un assainissement budgétaire. Par conséquent, la croissance annuelle du PIB des principaux partenaires commerciaux de la Bulgarie ralentirait au cours de la période 2023-2024.

Les prévisions reposent sur l’hypothèse que la mise en œuvre du plan national de relance et de durabilité (PAN) de la Bulgarie commencera en 2022. La mise en œuvre du plan accélérera la croissance économique, toutes choses égales par ailleurs. Des investissements importants augmenteront la croissance de la productivité dans l’économie et les revenus, respectivement.

Pour cette année, l’économie de notre pays devrait croître de 4% en termes réels, et en 2022 pour accélérer à 4,9%, la principale raison en serait l’investissement. Les publics seraient soutenus par le plan de relance, et les privés – par l’amélioration de l’environnement économique et l’augmentation de la demande.

La consommation des ménages devrait connaître un taux de croissance plus modéré en 2022 en raison de la base élevée de 2021 et d’un léger ralentissement de la croissance des revenus.

Il n’y aura pas de changements importants sur le marché du travail cette année, car les effectifs devraient rester au niveau de l’année précédente et augmenter d’au moins 0,1%. Sur la période 2022-2024, une croissance accélérée de l’emploi est projetée, influencée par l’arrêt de l’impact négatif de la pandémie sur l’économie et les effets du plan de relance, qui créeraient de nouveaux emplois.

Les Finances revoient également les prévisions de revenus du travail à moyen terme. Cette année, l’augmentation salariale serait de 8,8 %, et l’année prochaine elle ralentira légèrement à 7,8 %.

La croissance des prêts se poursuivra, selon le ministère des Finances. La croissance annuelle des emprunts auprès des entreprises devrait être d’environ 4,1 % et celle des ménages de 10,3 %.

La reprise économique en 2022-2023 et l’effet du plan de relance conduiraient à un crédit aux entreprises supérieur à celui actuel.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT