Moscou n’est pas sûr d’avoir besoin de reprendre ses relations avec l’Occident, travaillera sur les relations avec la Chine -Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov assiste à une conférence de presse avec le ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale Abdoulaye Diop (non représenté), à Moscou, en Russie, le 20 mai 2022. Yuri Kadobnov/Pool via REUTERS

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

23 mai (Reuters) – Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré lundi que Moscou examinerait les offres de l’Occident pour rétablir les relations et déterminer si cela était nécessaire, mais se concentrerait sur le développement des relations avec la Chine.

Sergueï Lavrov, lors d’une séance de questions-réponses lors d’un événement à Moscou, a déclaré que les pays occidentaux avaient adopté la “russophobie” depuis que la Russie avait lancé son incursion en Ukraine – décrite par Moscou comme une “opération militaire spéciale”.

La Russie s’efforce de remplacer les marchandises importées des pays occidentaux, a-t-il dit, et à l’avenir, elle ne s’appuiera que sur des pays “fiables” qui ne sont pas redevables à l’Occident.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

“S’ils (l’Occident) veulent offrir quelque chose en termes de reprise des relations, alors nous examinerons sérieusement si nous en aurons besoin ou non”, a déclaré Lavrov, selon une transcription sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères.

Lavrov a formulé des griefs avec les pays occidentaux qui, selon lui, étaient déterminés à modifier les règles des relations internationales au détriment de la Russie.

“Nous devons cesser d’être dépendants de quelque manière que ce soit de l’approvisionnement en absolument tout de l’Occident pour assurer le développement de secteurs d’une importance cruciale pour la sécurité, l’économie ou la sphère sociale de notre patrie”, a-t-il déclaré.

Moscou affirme que son incursion vise à démilitariser l’Ukraine après ce qu’il décrit comme un coup d’État d’inspiration occidentale en 2014 qui a incarné un nationalisme extrême et a expulsé un président favorable à la Russie.

Lavrov a déclaré que l’objectif de Moscou était maintenant de développer davantage les liens avec la Chine.

“Maintenant que l’Occident a adopté une ‘position de dictateur’, nos liens économiques avec la Chine se développeront encore plus rapidement”, a déclaré Lavrov.

“En plus des revenus directs pour le budget de l’État, c’est une chance de développer l’Extrême-Orient (de la Russie) et la Sibérie orientale.”

La Chine, a-t-il dit, dispose de technologies de l’information et des communications “qui ne sont en aucun cas inférieures à l’Occident. Beaucoup de choses ici assureront des avantages mutuels”.

Lavrov a déclaré que la Russie ne compterait que sur nous-mêmes et sur des pays qui ont fait leurs preuves et qui ne “dansent pas sur la musique d’un autre joueur de cornemuse”. Si les pays occidentaux changent d’avis et proposent une forme de coopération, nous pourrons alors décider”.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage à Melbourne par Lidia Kelly et à Winnipeg par Ronald Popeski; Écrire à Melbourne par Lidia Kelly; Montage par Chris Reese et Christopher Cushing

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT