Madrid poursuit le gouvernement devant la Cour suprême pour répartition « arbitraire » de fonds européens | Madrid

Enrique Ossorio et Javier Fernández Lasquetty, ce mercredi lors d’une conférence de presse.MARISCAL (EFE)

Le gouvernement de la Communauté de Madrid a décidé de faire appel auprès de la Cour suprême contre un décret de l’exécutif central qui distribue neuf millions d’euros de fonds européens entre le Pays Basque, la Navarre, l’Estrémadure et la Communauté Valencienne. De l’avis des conseillers d’Isabel Díaz Ayuso, la décision du Conseil des ministres est “arbitraire”, manque de transparence et ne répond pas aux mécanismes de répartition de l’aide communautaire décidés dans les différentes conférences sectorielles. C’est ce qu’a expliqué ce mercredi le ministre régional de l’Économie et des Finances, Javier Fernández-Lasquetty, lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion du Conseil des gouverneurs de Madrid.

“Le 24 août, l’arrêté a été publié indiquant le montant des fonds que chaque communauté allait gérer”, a précisé le conseiller, qui a détaillé que Madrid a déjà reçu 994 millions d’euros de fonds européens destinés à financer la sortie de crise sanitaire provoquée par le coronavirus. “Notre surprise survient lorsqu’en octobre le Conseil des ministres, par arrêté royal, attribue une subvention directe au Pays basque, à la Navarre, à la Communauté valencienne et à l’Estrémadure, sans justification, et indépendamment de la distribution approuvée et du canal établi”, a-t-il soutenu. . « À notre avis, cela suppose une utilisation arbitraire des fonds, et si nous ne levons pas le doigt, nous pouvons constater que c’est la première d’une longue série, et là nous ne saurions pas de combien de ressources nous parlerions. “

Selon l’arrêté royal publié au Journal Officiel de l’Etat, les neuf millions d’euros seraient répartis comme suit : trois pour la Navarre, et deux pour l’Estrémadure, le Pays basque et la Communauté valencienne. Leur destination, selon ce texte, sont les projets de « groupes particulièrement vulnérables » et « l’entrepreneuriat et les micro-entreprises ».

Bruxelles a entériné les premières réformes du plan de relance espagnol et a autorisé la livraison de 10 milliards d’aides début décembre. Avant et après cette étape, la Communauté de Madrid a critiqué les critères de répartition des fonds, les jugeant peu transparents et conçus pour nuire aux intérêts régionaux. Une thèse sur laquelle le porte-parole du gouvernement pour l’exécutif de Diaz Ayuso, Enrique Ossorio, a insisté sans aucune réserve ce mercredi.

“Nous sommes très mécontents de la répartition des fonds européens”, a déclaré le ministre de l’Éducation. « Il est très triste que des critères sectaires ou partisans soient utilisés pour sa diffusion. C’est l’une des choses les plus tristes qui puisse arriver », a-t-il ajouté. Et à propos de la plainte devant la Cour suprême, il a ajouté : « Il s’agit d’un cas flagrant.

Ce qui affecte le plus, c’est ce qui se passe plus près. Pour ne rien manquer, abonnez-vous.

S’abonner

En fait, la présidente régionale a annoncé à la fin de l’année dernière qu’elle prévoyait d’amener son affrontement avec Sánchez à Bruxelles au sujet de la répartition des fonds européens. “Il y a un manque total de transparence”, a-t-il déclaré en décembre.

Abonnez-vous ici à notre newsletter quotidienne sur Madrid.

Previous

L’OTAN et la Russie en pourparlers de haut niveau sur l’Ukraine au milieu des craintes d’une invasion russe : NPR

la Justice suspend le permis de construire de la piscine sur les jardins d’Aubervilliers

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.