"Lourdes est une expérience à vivre"

La Croix: Est-ce la première fois que vous allez à Lourdes?

Gad Elmaleh: Oui, c'est la première fois. Je découvre. J'ai toujours été curieux et j'ai toujours voulu venir ici, mais sans le spectacle auquel je suis associé, je pense que je n'aurais jamais fait le voyage. C'est une expérience. Je suis vraiment heureux et je ne peux pas attendre pour revenir. Je veux vraiment revenir avec des amis de plusieurs religions pour partager une expérience humaine de fraternité, d'échange.

Je me sens privilégié parce que j'ai eu la chance de rencontrer des gens incroyables comme le recteur, les prêtres, les personnes qui travaillent ici. J'ai pu visiter tous les lieux: la basilique souterraine, hors du temps, monument d'architecture et de modernité, la grotte, les piscines …

Qu'est-ce qui vous a particulièrement touché à Lourdes?

G. E .: Tout d’abord, c’est un endroit que vous pensez connaître avant même de venir ici. On peut avoir à priori positif ou négatif, mais en réalité, il faut toujours aller au-delà de la a priori. C'est une expérience que vous devez vivre. Tout le monde vient à Lourdes pour différentes raisons. Bien sûr, il y a beaucoup de détresse, de souffrance parce qu'il y a des personnes malades. Mais je vois aussi beaucoup d’espoir, d’énergie, de joie et d’humour. Je suis allé rendre visite à des jeunes handicapés ce matin (13 août, Ed).

Elisabeth de Place: "Lourdes, c'est vivant, ça ne se dit pas"

Mais ce qui m'a le plus touché, c'est tous ces jeunes qui aident les malades. C’est quelque chose… j’insiste là-dessus car dans un monde tourné vers nous, tous sur les réseaux sociaux pensant être quelqu'un et faire des choses, ces jeunes gens ne font pas que publier un post sur Instagram… Ce sont: personnes impliquées, en contact avec des personnes. Ils témoignent de valeurs universelles, humaines, qui me touchent énormément et qui parlent à tous sans distinction de sa confession.

Vous êtes allé à l'abbaye de Sénanque, il y a quelque temps, la spiritualité est-ce quelque chose qui vous anime?

G. E .: Je ne suis pas étranger à la spiritualité, à la foi, au chemin personnel, à la quête. Je suis allé à l'abbaye de Sénanque dans une approche plus spirituelle que religieuse. C'était un moment où j'avais besoin d'être devant des gens qui vivent quelque chose de purifié, une vérité sans artifice. Cela me permet de renouer avec ce que je vis, la notoriété, le monde dans lequel nous vivons, les réseaux sociaux – c'est bien, mais en même temps nous vendons beaucoup de faux.

Rémi, 19 ans, hospitalier à Lourdes pour la première fois

Vous êtes un co-producteur discret de la comédie musicale sur Bernadette …

G. E .: Oui, je suis l’un des maillons de la chaîne qui a rendu ce spectacle possible. Quand ils m'ont raconté l'histoire, ce qui m'a touché est que c'est simple au sens noble du terme. Tout le monde peut comprendre l'histoire de Bernadette mais chacun l'interprétera à sa manière. Si l'histoire est simple, le sens est complexe.

À Lourdes, Sainte Bernadette revit la musique

Selon moi, ce que Bernadette voit, c’est l’ouverture aux discussions infinies, à nous, à notre relation à la vie. En tout cas, c'est une grande fierté d'être l'artisan d'un projet pour lequel je ne suis pas à l'honneur. C'est très agréable et enrichissant. Peut-être que je peux faire un petit remplacement un soir, peut-être que je jouerai le père ou le prêtre (Rire).

(tagsToTranslate) Pèlerinage de Lourdes (t) Faits religieux (t) France (t) expérience (t) Elmaleh (t) Lourdes (t) live

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.