Loi séquestre les avoirs d'organisations terroristes approuvés par le parlement égyptien

Loi séquestre les avoirs d'organisations terroristes approuvés par le parlement égyptien

Le parlement égyptien a approuvé une loi de 18 articles qui vise à réglementer les procédures de séquestration, de gestion et d’aliénation des biens des organisations terroristes. Le nom original de la loi – la loi régissant les procédures de séquestration, de gestion et d’aliénation des biens des Frères musulmans et de leurs organisations affiliées – a été modifiée en loi régissant la séquestration, la gestion et la disposition des avoirs des organisations terroristes et des terroristes .
Le ministre des Affaires parlementaires, Omar Marawan, a expliqué que “le changement était nécessaire pour se conformer à la constitution, qui stipule que les lois sont publiées pour traiter des conditions générales plutôt que d’un cas particulier”.
Bahaaeddin Abu Shoqa, le chef de la commission parlementaire des affaires législatives et constitutionnelles, a également déclaré que la loi était conforme à l’article 237 de la Constitution, qui oblige le gouvernement à lutter contre toutes les formes de terrorisme et à suivre ses sources de financement.
Le président du Parlement, Ali Abdel-Aal, a déclaré lundi que “après que 18 articles de la loi ont été approuvés lundi, il est toujours nécessaire que chaque député vote [sur la loi]”.
La majorité des députés n’étant pas disponibles lundi, Abdel-Aal a demandé aux membres du bloc majoritaire de soutien à l’Egypte d’assister à la session de mardi afin que la loi puisse finalement être votée de manière constitutionnelle.
Un rapport préparé par le comité a indiqué que “la séquestration des biens de l’organisation des Frères musulmans et de ses groupes affiliés a commencé en 2013 après qu’elle ait été répertoriée comme une organisation terroriste”.
“Un décret présidentiel a été émis pour former un comité chargé de réglementer les procédures de séquestration des biens des Frères musulmans et de mettre en œuvre les décisions judiciaires à cet égard.”
En vertu de la loi actuelle, le comité comprend neuf membres affiliés à des ministères du gouvernement et des institutions étatiques. Cela changera dans la nouvelle loi, dont l’article 3 stipule que tous les membres du comité seront des juges des cours d’appel.
Le ministre Marawan a déclaré que le changement était nécessaire car certains ont commencé à émettre des doutes sur la légalité du comité de séquestration dans sa forme actuelle, et il était donc important que sa réglementation et ses procédures soient codifiées en loi.
Le député Mostafa Bakri a déclaré que “la loi intervient après qu’un certain nombre de tribunaux administratifs aient statué que la séquestration de certains biens des Frères Musulmans soit levée”.
La loi stipule que toutes les institutions étatiques – y compris les banques, qu’elles soient publiques ou privées – seront obligées de coopérer avec le comité, en apportant toute l’assistance nécessaire et en mettant en œuvre ses résolutions.
“Les actifs comprennent toutes sortes de biens, possessions en nature, obligations, espèces nationales ou étrangères, et des titres financiers”, le projet d’états.
Les Frères musulmans ont été désignés comme une organisation terroriste à la suite d’un certain nombre d’attaques terroristes visant des bâtiments appartenant aux forces de sécurité au Caire et dans les villes du Nil-delta en décembre 2013.
De nombreuses personnalités du groupe ont été arrêtées, alors que beaucoup de ses biens ont été séquestrés.
Le gouvernement a également désigné deux mouvements – Hasm et Lewaa El-Thawra – comme des organisations terroristes dirigées par des personnalités des Frères musulmans. Les deux mouvements ont également été répertoriés comme entités terroristes par le Royaume-Uni et les États-Unis.
Lien court:

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.