Les meurtres de chevaux “ barbares ” mettent la campagne française en alerte

PARIS (Reuters) – La police française enquête sur une série de meurtres de chevaux impliquant la mutilation des corps des animaux.

Le dernier à Cortambert, un village de la région de Saône-et-Loire, s’est produit dans la nuit de vendredi.

L’oreille droite du cheval a été coupée, l’un de ses yeux a été arraché et ses organes génitaux ont été coupés. «C’est absolument barbare», a déclaré un responsable local.

Une porte-parole de la police parisienne a déclaré qu’il y avait eu environ 10 cas similaires à travers la France depuis le début de l’année, la plupart dans le nord et beaucoup se déroulant dans des prairies isolées.

Elle a déclaré qu’il y avait également eu des cas entre 2014 et 2016 et que des meurtres et mutilations similaires de chevaux avaient été signalés dans le passé en Belgique et en Allemagne.

Mais le nombre élevé en France était sans précédent sur une période aussi courte.

«Nous ne comprenons pas la motivation. Est-ce un rite satanique, une fraude à l’assurance, une chasse au trophée macabre ou un défi Internet? On ne sait pas. C’est très traumatisant », a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré que tous les types de chevaux avaient été victimes, ainsi qu’un âne, et que la mutilation d’une oreille était un facteur commun. Aucune viande n’avait été prélevée sur les carcasses.

La police nationale aide les enquêtes locales sur les cas, et la France a envoyé des alertes aux forces d’autres pays européens, a-t-elle déclaré.

Reportage de Geert De Clercq; édité par John Stonestreet

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.