Les infections sexuellement transmissibles augmentent fortement

Le diagnostic d'infections sexuellement transmissibles a triplé en quatre ans entre 2012 et 2016. C'est la conclusion inquiétante d'une étude qui vient d'être publiée par l'Agence Publique France. Selon les autorités, les jeunes âgés de 15 à 24 ans seraient les plus touchés par cette recrudescence alarmante, dont les conséquences peuvent être dramatiques.

Les tests sont plus fiables. Ce qui ressort de cette étude, c'est que si nous prenons les infections à Gonococcus et Chlamidia, en 2016, il y a eu près de 320 000 personnes diagnostiquées en France. Un bilan qui a triplé en quatre ans, pour plusieurs raisons. Premièrement, aujourd'hui, nous sommes mieux en mesure de détecter ces types de maladies, et les tests eux-mêmes sont également plus sensibles, plus fiables.

"Il est vraiment important d'être examiné et traité." Enfin, malheureusement, il y a simplement plus de cas, en particulier chez les jeunes de 15 à 24 ans. Le problème est que ces infections sont certainement très contagieuses, mais parfois sans symptômes visibles. Florence Lot, Santé publique France, prend l'exemple de l'infection à Chlamydia dont les conséquences peuvent être très graves: «le problème est que si elles sortent et ne sont pas diagnostiquées, elles peuvent éventuellement donner des complications telles que douleur chronique, infertilité, transmission de mère à enfant, il est vraiment important d'être diagnostiqué et traité. "

Pour contrer cette épidémie d'infections sexuellement transmissibles, les experts insistent: le préservatif est le moyen le plus efficace. Le préservatif qui n'est malheureusement toujours pas systématique: une des dernières enquêtes sur le sujet montre que 48% des étudiants et 20% des lycéens n'utilisent pas tous les sexes.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.