Home » Les étudiants ne sont pas obligés de se joindre à la course à sec en face à face – The Manila Times

Les étudiants ne sont pas obligés de se joindre à la course à sec en face à face – The Manila Times

by Nouvelles

Le ministère de l’Éducation (DepEd) a clairement indiqué mardi que les étudiants des zones à faible risque de Covid-19 ne sont «pas obligés» d’assister à la course à sec pour les cours en face à face, qui commencent en janvier de l’année prochaine.

Dans un communiqué, le département a souligné que les étudiants pouvaient «poursuivre leur configuration d’apprentissage à distance».

«Les écoles sélectionnées exigeront [written] le consentement des parents permettant à leurs enfants de rejoindre les cours en face à face limités », a-t-il déclaré.

Des cours en face à face seront mis en œuvre dans les zones soumises à une quarantaine communautaire générale modifiée ou classées comme zones à faible risque.

Pendant la phase d’essai, le DepEd créera la recommandation finale sur une mise en œuvre à grande échelle dans d’autres régions du pays.

DepEd a déclaré que ses directeurs régionaux avaient soumis au secrétaire Leonor Briones les écoles désignées qui pourraient organiser des cours en face à face.

“Le nombre limité d’écoles publiques qui participeront à la mise en œuvre pilote sera déterminé dans le mois suivant l’évaluation de leur conformité et de leur état de préparation”, a déclaré le DepEd.

Le ministère exige un «rapport de préparation bien documenté, y compris la classification des risques, la documentation de la reconnaissance de la responsabilité partagée, le plan de gestion des élèves et de la salle de classe et les exigences en matière de santé à la maison, pendant les déplacements et dans les locaux de l’école.

L’expérience a attiré une réponse tiède de la part d’un groupe d’enseignants progressistes.

Le secrétaire général de l’Alliance of Concerned Teachers (ACT), Raymond Basilio, a déclaré que les enseignants «en avaient assez des commandes gouvernementales qui n’étaient pas associées à un financement suffisant et à des préparatifs suffisants, comme ce qui s’était passé avec l’apprentissage à distance».

“Cela ne devrait plus se reproduire avec la reprise des cours en présentiel car cela représente un danger clair et présent pour la santé et la vie des parties prenantes”, a déclaré Basilio dans un communiqué.

Il a dit qu’il ne devrait y avoir «aucun compromis» en imposant un maximum de 15 élèves par classe pour observer une bonne distance physique.

Il a également appelé le gouvernement à embaucher un minimum de 4 500 infirmières pour atteindre «l’idéal prépandémique» du DepEd d’au moins une infirmière scolaire pour 5 000 élèves.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.