Les entreprises abusant des contrats seront bien taxées en 2019, selon Emmanuel Macron - Economie

Limiter le recours abusif aux contrats courts grâce au fameux bonus-malus de cotisation pour les entreprises, c’était une promesse d’Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. The President of the Republic. «Les entreprises qui favorisent l’emploi durable pour les gens, donc la stabilité, ont des bonus. […] Ceux qui font trop de contrats », a déclaré le chef de l'Etat lors d'un entretien accordé à France Inter vendredi 9 novembre. Macron. «On the work discussion with a work on a work to work, and this by work, to the inciter to self-to-use, ils étaient un peu inscrits», précise le chef de l’état.Emploi. Emmanuel Macron compte donc batailler avec le patronat. Mardi 26 juin, le président du Medef, Pierre Gattaz, assurait cette imposition ce qui a été fait et ont encore besoin de contrats. novembre Le gouvernement souhaite que vous fassiez des économies (entre 3 milliards et 3,9 milliards d’euros sur trois ans) afin de permettre à l’unique de se faire rembourser. «La vraie sécurité, c’est d’avoir un emploi stable. Nous souhaitons défendre ce principe. En outre, l’utilisation excessive des contrats de tribunaux coûte 8 milliards d’euros chaque année à l’assurance chômage. Lutter contre les contrats courts, c’est une partie du déficit de l’Unedic. Ou, il faut que le système d’assurance-chômage continue de s’exercer dans le ministre du Travail, Muriel Pénicaud au Parisien en septembre.
                        
                                          

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.