Les Canadiens sont moins susceptibles que la plupart des Canadiens de porter des masques lorsqu’ils sont en public, selon un sondage

TORONTO – Les Canadiens sont plus susceptibles que les Américains de louer le traitement de COVID-19 par leur gouvernement et de garder leurs mains pour eux en public, mais ils sont moins susceptibles de porter des masques lorsqu’ils sont à l’extérieur de la maison, selon des données de sondages récents.

Depuis les premiers jours de la pandémie, la firme de sondage britannique YouGov a sondé en ligne des personnes dans 29 pays sur leurs attitudes envers le nouveau coronavirus et les comportements qu’ils changent en réponse.

Les Canadiens ont été interrogés cinq fois, avec plus de 1 000 répondants à chaque fois, dans ce que YouGov dit être des échantillons représentatifs à l’échelle nationale.

Les réponses montrent des différences claires dans l’interprétation des menaces posées par la pandémie au Canada par rapport à d’autres parties du monde, y compris nos voisins les plus proches aux États-Unis.

NON MASQUÉ ET TRAVAIL À DOMICILE

Près de trois Canadiens sur cinq – 58% – ont déclaré au 11 juin qu’ils portaient régulièrement des masques faciaux lorsqu’ils étaient en public.

Il s’agit de l’un des taux d’utilisation des masques faciaux les plus faibles, car seuls six des 25 autres pays interrogés ont déclaré une utilisation moindre des masques: le Royaume-Uni (31%), l’Australie (21%) et les quatre enquêtés. Les pays scandinaves, avec le Danemark tout en bas à 3%.

Même les Américains ont déclaré être plus susceptibles de porter des masques en public que les Canadiens. Depuis le 11 juin, le taux de port du masque américain est passé d’un peu plus des deux tiers à 71%.

Les niveaux les plus élevés d’utilisation de masques faciaux ont été trouvés dans les pays asiatiques, avec 92% pour Singapour, suivis par les pays du Moyen-Orient et les pays européens où le virus a frappé au début de la pandémie, comme l’Italie et l’Espagne.

La fracture géographique est largement similaire lorsqu’il s’agit de travailler à domicile ou de trouver d’autres moyens d’éviter de se déplacer physiquement vers un lieu de travail pendant la pandémie.

Les répondants des pays du Moyen-Orient et d’Asie étaient les plus susceptibles de déclarer s’éloigner des lieux de travail, les Philippines en tête avec 55%.

Pour la majeure partie de la pandémie, il y a eu un écart important entre le Canada et les États-Unis, les Canadiens étant plus susceptibles que les Américains de dire qu’ils travaillaient à distance. Cet écart a presque été effacé plus récemment, alors que les Canadiens retournent de plus en plus à leurs bureaux.

Le 11 juin, 23% des répondants canadiens ont indiqué qu’ils évitaient toujours leur lieu de travail, tandis que le taux américain était de 19%.

LES CANADIENS PLUS HYGÉNIQUES

La plupart des répondants de tous les pays interrogés affirment qu’au cours de la pandémie, ils ont pris des mesures pour améliorer leur hygiène personnelle, comme se laver les mains plus fréquemment.

Cependant, les répondants américains et britanniques ont été parmi les derniers à apporter ces changements, et les deux restent loin derrière les Canadiens.

Plus de 70% des Canadiens ont déclaré avoir amélioré leurs habitudes d’hygiène personnelle le 11 juin, dernière date pour laquelle des données sont disponibles, tandis que le chiffre américain comparable le plus récent est de 60%.

Les Canadiens déclarent également être plus susceptibles que les Américains d’avoir cessé de toucher directement les boutons de l’ascenseur et d’autres objets dans les lieux publics.

À un moment donné à la fin avril, les Canadiens avaient le taux le plus élevé au monde, avec 75% des répondants disant qu’ils avaient cessé de toucher ces objets.

Ce nombre a baissé depuis lors, s’établissant le plus récemment à 62% le 11 juin – mais reste bien au-dessus de la barre américaine de 46%.

Les Canadiens sont également plus susceptibles que les Américains de dire qu’ils évitent les endroits surpeuplés pendant la pandémie. Soixante-seize pour cent des Canadiens l’ont dit le 11 juin, tandis que 63 pour cent des Américains l’ont dit le 22 juin.

BULLETIN SCOLAIRE

Les répondants dans la plupart des pays interrogés ont vu des flux et reflux en faveur de la gestion de la pandémie par leur gouvernement.

Au Royaume-Uni, par exemple, le soutien à la réponse du gouvernement a culminé à 72% fin mars, mais se situe désormais à un niveau bien inférieur à 44%.

Le Canada est une valeur aberrante, avec un fort soutien pour la réponse du gouvernement – le sondage ne fait pas de distinction entre les gouvernements fédéral et provinciaux – toujours à 75 à 80 pour cent depuis la fin mars.

Au 30 juin, 80% des Canadiens déclaraient penser que leur gouvernement avait très bien ou assez bien géré la pandémie.

Le soutien des Américains à la réponse à la pandémie de leur gouvernement a diminué lentement et régulièrement au cours de la même période, passant de 53% à 38%.

Peut-être pour des raisons similaires, les Canadiens sont beaucoup plus susceptibles que les Américains de dire qu’ils pensent que la situation des coronavirus s’améliore dans leur pays.

Le nombre de Canadiens pour cette question a augmenté lentement depuis la mi-mai et s’élevait à 76% au 30 juin. Le nombre américain a atteint 53% peu de temps avant que l’activité virale n’augmente de façon significative dans plusieurs États du Sud très peuplés, et était tombé à 26% au 30 juin.

Le nombre américain est l’un des plus faibles enregistrés au monde, dans la même fourchette que les réponses du Mexique, de l’Inde et des Philippines.

Les Canadiens sont toutefois plus pessimistes que les Américains en ce qui concerne la lutte mondiale contre COVID-19.

Du 8 au 30 juin – comme il est devenu clair que l’augmentation du nombre de cas aux États-Unis était plus une tendance qu’une aberration – le taux de répondants canadiens déclarant que la situation des coronavirus s’améliore à l’échelle mondiale est passé de 58% à 33%, tandis que le taux américain est passé de 54% à 44%.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.