L'épidémie actuelle d'Ebola est la pire de l'histoire du Congo: un ministère

KINSHASA (Reuters) – L'épidémie actuelle d'Ebola en République démocratique du Congo est la plus grave de l'histoire du pays, avec 319 cas confirmés et probables, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

La fièvre hémorragique aurait tué 198 personnes dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, où les attaques de groupes armés et la résistance de la communauté aux responsables de la santé ont compliqué la riposte.

Le Congo a connu 10 épidémies d'Ebola depuis la découverte du virus près du fleuve éponyme Ebola en 1976.

"L'épidémie actuelle est la pire de l'histoire de la RDC", a déclaré à Reuters Jessica Ilunga, porte-parole du ministère.

Avec plus de 300 cas, l’épidémie se classe également au troisième rang des pires de l’histoire du continent, après l’épidémie de 2013-2016 en Afrique de l’Ouest, où plus de 28 000 cas ont été confirmés et une épidémie en Ouganda en 2000 impliquant 425 cas.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré jeudi que la sécurité constituait le principal défi de l'épidémie actuelle, suivie de la méfiance envers la communauté.

"En cas d'attaque, l'opération se fige. Nous la maintenons donc. Et lorsque l'opération cesse, le virus prend l'avantage et nous affecte de deux manières", a-t-il déclaré à des journalistes à Kinshasa.

"Et l'un rattrape le retard de chargement. Parce que lorsque les opérations sont arrêtées, il y a toujours un retard de chargement des vaccins ou la recherche des contacts. Et le second problème est que davantage de cas sont générés parce que nous ne pouvons pas les vacciner, " il a dit.

La confirmation de nouveaux cas s’est accélérée le mois dernier et un comité d’urgence composé d’experts de l’Organisation mondiale de la Santé a annoncé en octobre que l’épidémie allait probablement s’aggraver de manière significative à moins que la riposte ne soit renforcée.

(Reportage de Giulia Paravicini; reportage additionnel de Fiston Mahamba; édité par Alessandra Prentice et Hugh Lawson)

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.