Le typhon Mangkhut "a détruit une grande partie de les récoltes "

Le responsable des secours d’urgence de la Care Association de Luzon, aux Philippines, accompagné de «La Croix», explique que l’ampleur des dégâts reste difficile à évaluer, même si nous pouvons espérer qu’ils seront inférieurs à ceux du typhon Haiyan en 2013. Mais il est particulièrement préoccupé par les dégâts causés aux récoltes de riz et de maïs, qui pourraient faire cruellement défaut à la population.

Samedi, vers 18 heures (midi à Paris), sur l'île de Luzon aux Philippines, les vents et les pluies sont restés très violents, après le départ du typhon Mangkhut. "Il est encore trop tôt pour se faire une idée précise des dégâts", explique Jerome Lanit, responsable des secours d’urgence de l’association Care. Mais on peut espérer qu'ils sont moins importants que lors du typhon Haiyan, en 2013 (qui avait fait plus de 7000 morts, Ed). Les habitants et les autorités étaient cette fois mieux préparés. "Des maisons détruites et des toits déchirés" Cependant, nous voyons beaucoup de maisons en matériaux légers qui ont été détruites, de nombreux toits ont été arrachés, décrit Jérôme Lanit. Sur les routes, beaucoup de poteaux électriques sont tombés, les fils sont au sol, c'est très dangereux. Il n'y a plus d'électricité, plus de communications. Les habitants sont encore calfeutrés à la maison. Le typhon Mangkhut est la première victime aux Philippines et à Taiwan. Jerome Lanit revient d'Aparri, une ville côtière de 65 000 habitants située au nord de l'île. Il décrit de nombreuses maisons submergées et détruites par les vagues causées par le typhon. Les habitants se sont réfugiés sur les hauteurs et commencent à redescendre pour voir les dégâts.
#typhon #Mangkhut: Nos équipes d'urgence commencent à distribuer du matériel pour réparer les maisons. Les gens ont également besoin de nourriture, d'eau et de vêtements secs. #OmponghPH #Philippines pic.twitter.com/mbTnkC9snv- CARE France (@CAREfrance) 15 septembre 2018

Dans les villes, l’aide commence à dégager les rues, les gens cherchent de la nourriture et espèrent une aide des autorités. Le gouvernement fournira de l'aide, mais il sait qu'il ne sera pas en mesure de répondre à tous les besoins, dit l'agent humanitaire. En 2013, aux Philippines, après le soulagement, l'urgence d'une reconstruction "Nous ne pouvons pas prier pour que les typhons sauvent les récoltes "Mais au-delà de la destruction immédiate, ce qui inquiète l’association Care, c’est la destruction des rizières et du maïs. "À première vue, je dirais que 90% des cultures sont détruites", explique Jérôme Lanit. Les fermiers pensaient que le prochain typhon arriverait plus tard ou qu’il ne serait pas trop fort et n’avait pas encore fait la récolte. C'est toujours un pari. Nous avons ici plus de 20 typhons chaque année, avec des forces inégales. Nous ne pouvons que prier pour qu'ils sauvent les récoltes. Ce n'est pas le cas cette fois-ci. "

Pierre Allais

Et aussi

Les Philippines se préparent à être frappées par un super typhon

Les Philippines ont commencé à évacuer des milliers de personnes des zones côtières du nord de l’archipel en prévision de l’arrivée samedi du très violent typhon Mangkhut.
Les Philippines ont commencé à évacuer des milliers de personnes des zones côtières du nord de l’archipel en prévision de l’arrivée samedi du très violent typhon Mangkhut.

Lire la suite

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.