Nouvelles Du Monde

Le réal dépasse le peso argentin et devient la pire monnaie des marchés émergents en 2024

Le réal dépasse le peso argentin et devient la pire monnaie des marchés émergents en 2024

Dans l’après-midi de lundi dernier (18), le réal a dépassé le peso argentin, devenant ainsi la monnaie émergente avec la pire performance en 2024. Le dollar, utilisé comme paramètre, a accumulé jusqu’à environ 16 heures hier une appréciation de 10,54% par rapport au Monnaie brésilienne cette année. Cependant, vers la fin de la journée, la différence avec le peso argentin s’est réduite et le réal a clôturé pratiquement à égalité avec la monnaie «hermanos», les deux chutant de 10,48% sur l’année.

Selon l’analyse de Roberto Dumas, économiste et professeur à l’Insper, l’indicateur est inquiétant, mais il ne signifie pas nécessairement que l’économie brésilienne est pire que celle de l’Argentine.

« Cela ne veut pas dire exactement que l’Argentine est meilleure que le Brésil, loin de là. Mais, à la marge, progressivement, l’Argentine va dans la bonne direction, tandis que le Brésil ne répond pas aux attentes des agents économiques après la mise en œuvre du cadre budgétaire. Les attentes inflationnistes n’ont pas été ancrées depuis le dernier vote de la Copom, où il y a eu une division des voix entre les collégiens. Actuellement, le désancrage est d’environ 32% pour 2024. Les agents attendaient une inflation de 3%, ce qui serait l’objectif, mais maintenant l’attente est passée à 3,96%, et pour 2025, il y a un désancrage de 23%” , explique l’expert.

Dévaluation du réel : causes et conséquences

Aujourd’hui, le dollar s’est apprécié par rapport au réal même s’il a baissé dans le reste du monde. Le DXY, qui mesure la force de la devise américaine par rapport aux autres pays développés, a chuté de près de 0,2%, lors d’une journée de moindre aversion au risque à l’étranger, avec une hausse des marchés boursiers américains.

Lire aussi  L'ancien CS Henry Rotich refuse la nomination de Ruto comme conseiller

Les experts soulignent que la perspective d’une hausse des taux d’intérêt aux États-Unis est la principale cause de l’affaiblissement du réal. La politique monétaire américaine a joué un rôle important dans le taux de change, les taux d’intérêt élevés attirant des ressources vers le pays et augmentant la valeur du dollar.

« Avec des dépenses sans précédent, avec un gouvernement qui ne reconnaît pas qu’il y a un manque de contrôle budgétaire, sans aucun effort réel pour réduire les dépenses et empêcher la croissance de la dette, un changement qui a tout pour être idéologique en Colombie-Britannique est imminent, la seule alternative. Pour contenir l’avancée du dollar, il faudrait une forte augmentation du taux Selic de 0,5%, ou un plan de réduction des dépenses basé sur la trésorerie de l’ordre de 1/1,5% du PIB ou 150 milliards de reais», explique Vandyck Silveira, spécialiste et docteur en économie.

« Parallèlement au soutien du gouvernement pour que les dépenses obligatoires, telles que le personnel, l’éducation, la santé, les allocations familiales, la sécurité sociale et le BPC, soient toutes dissociées de la croissance du PIB et du salaire minimum, avec seulement le transfert de l’IPCA. Sans une mesure réelle et mesurable à court terme, les dépenses sont en réalité un coup dur pour le taux d’intérêt. Il convient de rappeler que la seule dévaluation du réal lui-même générera des pressions inflationnistes. Pétrole et dérivés, produits alimentaires qui sont des matières premières, fret, acier, tout cela sera sous pression”, conclut Silveira.

Lire aussi  Se comporterait-il comme Poutine ? Harabin jugé pour diffamation et soutien à la guerre - Actualités

Les problèmes internes ont un impact réel

Le réal perd régulièrement de sa force dans le monde entier. Les problèmes internes, tels que l’augmentation du risque au Brésil et le désancrage budgétaire, renforcent les craintes d’une détérioration des comptes publics brésiliens. Cela crée la perception d’un plus grand risque lorsqu’on investit dans le pays, réduisant ainsi les flux étrangers.

Roberto Dumas explique que le changement du cadre fiscal et le non-respect du déficit zéro promis pour 2024 sont un autre point important. Il convient de rappeler que le gouvernement a déjà modifié l’objectif à 2025, indiquant que l’équilibre des comptes publics ne devrait intervenir qu’à la fin du gouvernement actuel ou au début du prochain. Ces facteurs contribuent à la dévaluation du real plus que celle du peso argentin.

«Il existe un ‘tir ami’ au sein du gouvernement, avec des personnalités telles que Gleisi Hoffmann, Rui Costa et Jacques Wagner opposées aux mesures d’austérité budgétaire. Le récent député PIS/COFINS a suscité le mécontentement et les attaques contre Campos Neto compliquent encore la situation », dit Dumas.

« Il est difficile de dissocier les dépenses du salaire minimum et des recettes courantes nettes, ce qui conduit à un équilibre budgétaire primaire seulement à la fin du gouvernement. Le président Lula avait initialement promis d’atteindre un excédent ou un équilibre grâce à une augmentation des revenus et à une réduction des intérêts, mais il parle désormais de réduire uniquement les dépenses inutiles, sans modifier le lien entre le salaire minimum et le BPC, la santé et l’éducation. Cela pourrait entraîner un arrêt», déclare l’économiste et professeur à l’Insper.

Lire aussi  Parler de la maladie de Mohamed Fouad déroute ses fans... Des sources proches révèlent les détails

Quand on prend le contexte ci-dessus, on peut le comparer avec le scénario argentin. Roberto Dumas explique que dans le cas du pays voisin, même si la situation est encore mauvaise, il y a eu des améliorations marginales.

« Le pays a réalisé un excédent primaire, abandonné le gel des prix, déprécié le taux de change et mis fin aux relations de promiscuité entre le Trésor et la Banque centrale. Avec la dépréciation de la monnaie, une augmentation des exportations est attendue. L’Argentine est donc pire que le Brésil, mais elle s’améliore plus rapidement », dit l’économiste.

Bref, le FMI (Fonds monétaire intégrénational) prédit une amélioration des taux d’intérêt réels en Argentine, tandis qu’au Brésil, une inflation élevée réduit l’attractivité des titres brésiliens. Ceci explique la proximité du réal avec la monnaie argentine.

Performance des devises émergentes en 2024

  • Brésil (USDBRL) : -10,54%
  • Argentine (USDARS) : -10,485%
  • Turquie (USDTRY) : -10,12%
  • Mexique (USDMXN) : -8,502%
  • Thaïlande (USDTHB) : -6,956%
  • Corée du Sud (USDKRW) : -6,521%
  • Indonésie (USDIDR) : -5,676%
  • Colombie (USDCOP) : -4,876%
  • Chili (USDCLP) : -5,738%
  • Hongrie (USDHUF) : -5,776%
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT