Le Hezbollah libanais insiste sur la demande du gouvernement, prévient Israël

BEYROUTH (Reuters) – Le chef du groupe chiite libanais Hezbollah a insisté pour que l'un de ses alliés sunnites se voit attribuer un portefeuille dans un nouveau cabinet libanais et a indiqué qu'il serait prêt à revenir à la case départ pour négocier un gouvernement si nécessaire. .

Le chef du Hezbollah libanais, Sayyed Hassan Nasrallah, s'adresse à ses partisans via un écran à Nabatiyeh, au Liban, le 10 novembre 2018. REUTERS / Aziz Taher

Dans un discours télévisé prononcé samedi, Sayyed Hassan Nasrallah a également averti Israël que son groupe soutenu par l'Iran réagirait à toute attaque contre le Liban et a exhorté son pays à résister aux pressions diplomatiques sur son arsenal de roquettes.

La demande du Hezbollah de donner un portefeuille à l'un de ses alliés sunnites au sein du nouveau gouvernement libanais est au cœur d'une querelle qui fait obstruction à un accord final six mois après les élections législatives.

La formation d'un nouveau gouvernement est nécessaire avant de prendre des mesures en faveur des réformes fiscales qui, selon le Fonds monétaire international (FMI) en juin, sont nécessaires immédiatement pour améliorer la viabilité de la dette.

Le Hezbollah dit que l'un de ses alliés sunnites doit être représenté au gouvernement pour refléter ses gains électoraux.

Mais le Premier ministre désigné, Saad al Hariri, principal homme politique sunnite libanais et bénéficiant du soutien de l'Occident, a exclu l'attribution de sièges à son cabinet.

Le système politique libanais exige que les postes gouvernementaux soient attribués selon des lignes sectaires.

Nasrallah a déclaré que le rejet d'un allié sunnite de son camp du «8 mars» équivalait à l'exclusion d'une partie des Libanais.

«Nous avons été sincères lorsque nous avons parlé d'un gouvernement d'union nationale. Il n’existe ni logique nationale, ni logique morale, ni logique juridique … que quiconque au Liban se prononce et déclare: "Il est interdit aux sunnites du 8 mars d'être représentés au sein du gouvernement libanais", a déclaré Nasrallah.

"Si cela est interdit, reprenons la parole dès le début", a-t-il déclaré, ajoutant: "Nous ne voulons pas de conflit, ni de tension, ni d'escalade".

Le président Michel Aoun s'est engagé samedi à trouver une solution au problème. Bien qu’il soit un allié politique du Hezbollah, Aoun a pris le parti de Hariri.

Le Hezbollah, des groupes et des individus qui soutiennent sa possession d’armes ont remporté plus de 70 des 128 sièges aux élections législatives du 6 mai.

Le Hezbollah est interdit en tant que groupe terroriste par les États-Unis. Le groupe a pour la dernière fois combattu un conflit majeur avec Israël en 2006, date à laquelle il est devenu militairement plus fort en tant que participant majeur à la guerre en Syrie.

Nasrallah a déclaré qu'Israël avait récemment tenté d'augmenter la pression sur l'arsenal de roquettes du groupe et de créer "un état d'intimidation et de menace qui, si cette affaire n'était pas réglée, il (Israël) s'en occuperait". Israël a utilisé "les Américains et même certains États européens" dans cet effort, a-t-il déclaré.

"Je dis au Liban qu'il doit supporter ce niveau de pression diplomatique", a déclaré Nasrallah. "Toute attaque sur le Liban, toute frappe aérienne sur le Liban ou tout bombardement – nous réagirons certainement", a-t-il déclaré.

Reportage de Tom Perry et Laila Bassam ;; édité par David Stamp

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.