Le centre de détention de Daviess s’ouvre partiellement après le verrouillage de la pandémie

16 octobre — Le centre de détention du comté de Daviess a dû fermer ses programmes pour les détenus plus d’une fois pendant la pandémie de COVID-19, car les autorités ont pris des précautions pour limiter la possibilité d’exposition au coronavirus à l’intérieur de l’espace fermé de l’établissement.

Mais avec la fin du dernier pic COVID, la prison commence à reprendre un semblant de normalité pour les détenus.

Le geôlier du comté de Daviess, Art Maglinger, a déclaré vendredi que la prison avait redémarré bon nombre de ses programmes d’éducation des détenus, tels que les cours GED, les cours d’éducation parentale et les cours de réintégration “Portal”. La prison a également repris les visites des avocats en personne.

“Les avocats ont été autorisés à revenir du côté sécurisé” pour les visites des clients, a déclaré Maglinger.

L’augmentation du nombre de cas causés par la variante Delta a forcé la prison à suspendre les programmes pour les détenus. Mais cela a un coût pour les détenus. Vendredi, cependant, la prison n’avait aucun détenu en quarantaine et n’avait qu’un geôlier adjoint en congé en raison de la pandémie, a déclaré Maglinger.

“Cela s’améliore définitivement”, a déclaré Maglinger

Maglinger a déclaré que si certaines classes ne peuvent pas se réunir pendant 90 jours ou plus, les détenus doivent recommencer la classe depuis le début. Les détenus reçoivent des crédits de prison pour avoir terminé leurs cours.

Certains cours avaient été suspendus pendant environ 60 jours avant de pouvoir reprendre.

“Je ne veux pas que les détenus perdent le crédit pour ce qu’ils ont gagné”, a déclaré Maglinger. Les classes sont de plus petite taille, les détenus et les instructeurs étant tenus de porter des masques et de maintenir les distances.

“Il semble que, maintenant, en adoptant les meilleures pratiques … nous pouvons reprendre (les cours) afin que les détenus reçoivent un crédit”, a déclaré Maglinger.

Les visites des détenus se font virtuellement. Maglinger a déclaré que les services religieux en prison – ou tout autre programme dirigé par des bénévoles – n’avaient pas repris.

“Nous allons probablement les reconsidérer le mois prochain”, a déclaré Maglinger.

James Mayse, 270-691-7303, [email protected], Twitter : @JamesMayse

Previous

Attaques contre des banques et des collectionneurs à Zaporozhye – SBU a arrêté un gang

Supplément chaîne d’approvisionnement? A surveiller sur vos reçus

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.