La Russie a qualifié de "poison" la résolution de l'ONU sur les droits de l'homme en Syrie :: Politique :: RBC

La nouvelle résolution de la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, consacrée aux violations des droits de l'homme en Syrie, a vivement critiqué le représentant de la Russie. Cependant, la Russie était dans la minorité

Photo: Marko Djurica / Reuters

La Russie s'est opposée à l'adoption d'une résolution sur la situation des droits de l'homme en Syrie par la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, chargée des questions humanitaires. Selon Gennady Kuzmin, représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l’Organisation des Nations Unies, le but de cette résolution est d’exercer des pressions sur Damas, rapporte RIA Novosti.

Malgré le fait que la partie russe ait voté contre, la résolution a été adoptée par un nombre absolu de voix – 106 pays ont voté pour, 16 contre.

«Nous nous sommes opposés à plusieurs reprises aux tentatives visant à transformer la Troisième Commission en un organe légalisant les résolutions de pays politisés dans le seul but de faire pression sur le gouvernement d'un des États membres de l'ONU», a estimé le projet de résolution lors de la réunion de la commission.

Selon le représentant permanent adjoint de la Russie, le document "est devenu un concentré toxique de toutes les idées et initiatives que les opposants à Damas ne pourraient pas" imposer "par d'autres moyens." Il a décrit la résolution comme "un moyen de régler des comptes géopolitiques". Les inconvénients du document, a-t-il notamment attribué à l'extension du travail du mécanisme d'enquête sur les crimes en Syrie, qualifié de illégale. Il a également condamné l'inclusion dans le document de la question de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, déclarant qu'il "n'avait aucun lien avec le mandat de la Troisième Commission".

Le 16 novembre également, le troisième Comité de l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution sur les violations des droits de l'homme en Crimée. Le comité a adopté une résolution similaire tous les ans pour les trois dernières années. 67 pays ont voté en faveur de la résolution, 26 contre; 82 autres pays se sont abstenus.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.