La RD Congo identifie la "deuxième vague" d'Ebola dans l'est du pays

KINSHASA: Une deuxième vague du virus Ebola a été confirmée dans l'est de la République démocratique du Congo, où une première épidémie avait déjà tué 125 personnes, a déclaré un ministre samedi.

La dernière vague est concentrée à Beni, une ville du Nord-Kivu située près de la frontière ougandaise, a déclaré le ministre de la Santé, Oly Ilunga.

"Nous n'en connaissons pas encore l'ampleur", a-t-il ajouté. "L'épicentre, qui était à Mangina, est maintenant à Beni." Les deux villes sont distantes d'environ 20 km.

Cette deuxième vague est le résultat de la résistance de la communauté aux mesures prises pour lutter contre la maladie, a déclaré Ilunga.

"L'épidémie à Beni est à haut risque … et la situation est préoccupante."

Deux nouveaux cas ont été confirmés dans la région de Beni, selon les statistiques du ministère de la Santé publiées samedi, portant le total à 127 dans la région depuis le 1er août. Il y a eu 35 autres cas suspectés.

Vendredi, l'Organisation mondiale de la santé a exprimé sa préoccupation devant le nombre croissant de cas enregistrés ces dernières semaines, en particulier à Beni.

Le dernier foyer est le 10ème en RD Congo depuis la détection du virus Ebola en 1976.

Les responsables à Beni ont annoncé des mesures pour protéger les agents de santé après un certain nombre d'incidents au cours desquels des équipes d'intervention ont été agressées.

Les craintes et les idées fausses sur le virus ont conduit à une méfiance généralisée et à une résistance généralisée à l'égard des travailleurs de la riposte à Ebola, y compris ceux qui arrivent dans les communautés vêtus de costumes de protection anti-matières pour orchestrer les enterrements.

Un membre de la mission de maintien de la paix des Nations Unies, Monusco, figurait parmi les dernières victimes du virus, ont déclaré les Nations Unies et le ministère de la Santé.

Le travail des responsables de la santé est également entravé par la violence dans une région qui a longtemps été ravagée par un conflit armé. – AFP

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.