La Commission européenne cible les pratiques commerciales déloyales dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire

La Commission européenne cible les pratiques commerciales déloyales dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire

Commissaire européen Phil Hogan. La Commission européenne a présenté des propositions visant à interdire les «pratiques commerciales délétères préjudiciables» dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire afin d’assurer un traitement plus équitable aux petites et moyennes entreprises (PME) de l’alimentation et de l’agriculture.

Il veut que les entreprises des PME aient une plus grande certitude et moins besoin de gérer les risques sur lesquels elles n’ont que peu ou pas de contrôle. La proposition comprend également des dispositions d’exécution – des sanctions peuvent être imposées par les autorités nationales lorsque des infractions sont établies.

Les producteurs de PME sont définis comme ayant moins de 250 employés ou un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros (62 millions de dollars).

La CE a déclaré que les petits opérateurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, y compris les agriculteurs, sont vulnérables aux pratiques commerciales déloyales utilisées par les partenaires de la chaîne. Ils manquent souvent de pouvoir de négociation et d’alternatives pour acheminer leurs produits aux consommateurs.

Le commissaire à l’agriculture et au développement rural, Phil Hogan, a déclaré: “Toute chaîne est aussi forte que son maillon le plus faible: une chaîne d’approvisionnement alimentaire efficace et juste est une proposition équitable aujourd’hui, qui consiste à donner la parole aux sans voix. , sans aucune faute de leur part, se retrouvent victimes d’une position de négociation faible.

“L’initiative d’aujourd’hui visant à interdire les pratiques commerciales déloyales vise à renforcer la position des producteurs et des PME dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, tout en cherchant à éliminer le” facteur de peur “dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, grâce à une procédure de réclamation confidentielle. ”

Les pratiques commerciales déloyales à interdire sont les retards de paiement pour les produits alimentaires périssables, les annulations de commandes de dernière minute, les modifications unilatérales ou rétroactives aux contrats et l’obligation pour le fournisseur de payer pour les produits gaspillés.

D’autres pratiques ne seront permises que si elles font l’objet d’un accord préalable clair et sans équivoque entre les parties: un acheteur retournant des produits alimentaires invendus à un fournisseur; un acheteur facturant un paiement à un fournisseur pour garantir ou maintenir un contrat d’approvisionnement en produits alimentaires et un fournisseur payant pour la promotion ou la commercialisation de produits alimentaires vendus par l’acheteur.

La proposition de la Commission oblige les États membres à désigner une autorité publique chargée de faire respecter les nouvelles règles.

Agence de presse Reuters note que le mouvement de la Commission européenne suit des efforts similaires en France, où le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il augmenterait les prix minimums que les détaillants peuvent facturer sur les produits alimentaires et limiter les ventes d’aubaines dans les supermarchés.

Les mesures, qui doivent encore être approuvées par les États membres et le Parlement européen, ont été largement saluées.

Une déclaration conjointe d’organisations et de syndicats professionnels, dont FoodDrinkEurope, le Centre de Liaison pour l’Industrie de la Viande dans l’Union Européenne et l’EFFAT, la Fédération Européenne des Syndicats de l’Alimentation, de l’Agriculture et du Tourisme, a déclaré que cette proposition est un pas en avant. dans toute la chaîne reste un défi.

Il a déclaré: “Une telle proposition de directive a le potentiel de créer une harmonisation minimale au niveau de l’UE sans mettre en danger les systèmes existants qui fonctionnent bien et qui sont déjà en place dans certains États membres.

“Les signataires sont néanmoins préoccupés par la portée limitée de la proposition, qui ne couvre que les fournisseurs de PME.

“Une approche réussie de la lutte contre les pratiques commerciales déloyales (pratiques commerciales déloyales) doit être applicable à tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement, quelle que soit leur taille, car elle aurait donc un impact sur toutes les relations commerciales.”

L’European Dairy Association (EDA) a déclaré: “La proposition du commissaire européen Phil Hogan pour un cadre européen sur les pratiques commerciales déloyales dans les relations interentreprises dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire renforce la position des petites et moyennes entreprises (PME).

“La liste proposée de pratiques commerciales interdites jouera un rôle clé dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire en aval et renforcera la position des laiteries des PME par rapport au pouvoir des détaillants.”

Mais le secrétaire général de l’EDA, Alexander Anton, a ajouté: “Dans un environnement de vente au détail de plus en plus concentré, toutes les laiteries sont aujourd’hui confrontées à des pratiques commerciales déloyales.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.