Home » La Chine riposte en sanctionnant l’ancien secrétaire au Commerce Wilbur Ross

La Chine riposte en sanctionnant l’ancien secrétaire au Commerce Wilbur Ross

by Nouvelles
<span>Photographie : Erin Scott/Reuters</span>” src=”https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/FlvhO0FoTV.Lph4WIg7WUw–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTU3Ng–/https://s.yimg.com/uu/api/res aEk5LpxFUCEXTY5cqST2zw–~B/aD02MDA7dz0xMDAwO2FwcGlkPXl0YWNoeW9u/https://media.zenfs.com/en/theguardian_763/8b94a63ce50447fcd14b13705ceb1.2/alv. – / YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTU3Ng – / https: //s.yimg.com/uu/api/res/1.2/aEk5LpxFUCEXTY5cqST2zw–~B/aD02MDA7dz0xMDAwO2FwcGlkPXl0YWNoeW9u/https: //media.zenfs.com/en/theguardian_763/8b94a63ce50447fcd14b13705ceb1152″ / ></div>
</div>
</div>
<p><figcaption class=Photographie : Erin Scott/Reuters

A peine 48h avant l’arrivée en Chine de l’un des diplomates les plus dignes de confiance de Biden, Pékin a annoncé sa décision d’imposer des contre-sanctions à sept citoyens et entités américains, dont l’ancien secrétaire au Commerce Wilbur Ross, en représailles contre les sanctions antérieures de Washington contre des responsables chinois suite à la répression de Hong Kong.

L’administration Biden a annoncé des sanctions contre sept responsables chinois le 16 juillet et a mis en garde les entreprises américaines contre les “risques croissants” posés par Pékin et Hong Kong.

Ce n’est pas la première fois que Washington et Pékin imposent des sanctions mutuelles, mais le dernier cycle marque la première fois que la Chine le fait en utilisant sa nouvelle loi sur les sanctions anti-étrangères, qui a été adoptée en juin.

Les autres personnes concernées par les « contre-sanctions réciproques » de Pékin sont les dirigeants actuels ou anciens de diverses organisations américaines, notamment la Commission exécutive du Congrès sur la Chine, la Commission d’examen économique et de sécurité américano-chinoise, le National Democratic Institute for International Affairs, l’Institut républicain international, Human Rights Watch (HRW) et le Hong Kong Democracy Council, basé à Washington.

En rapport: Une réunion discrète américano-chinoise abordera les fortes tensions dans les relations

En réponse aux contre-sanctions de Pékin, l’un des citoyens américains concernés, la directrice de HRW pour la Chine, Sophie Richardson, a tweeté, sarcastiquement : « Merci, pour la motivation supplémentaire ! Elle a ajouté dans un autre tweet, en réponse à Jo Smith Finley, un expert britannique du Xinjiang sanctionné par Pékin en mars : « Sérieusement : tant de travail ! Et ce n’est pas à propos de nous.

Depuis la promulgation de la loi anti-sanctions étrangères le mois dernier, la décision de Pékin d’imposer des contre-sanctions était attendue, mais le moment choisi est révélateur de la détérioration des relations américano-chinoises. Il survient également un peu moins de 48 heures avant le sous-secrétaire d’État américain La visite de Wendy Sherman en Chine dimanche.

“Washington a réitéré que la visite de Sherman et les discussions avec la partie chinoise se feront “en position de force”, mais Pékin voudra peut-être rappeler [the Biden administration] qu’ils sont égaux », a déclaré Ma Ji, maître de conférences CV Starr à l’école de droit transnational de l’Université de Pékin.

Ma a ajouté : « Bien sûr, aucune des personnes ciblées ne fait partie du cercle restreint de Biden, ce qui signifie que Pékin veut toujours poursuivre la conversation avec Washington. Mais en publiant cette liste peu de temps avant la visite de Sherman, Pékin entend clairement réduire ses attentes.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.