Humain ou phoque ? Qui a la meilleure ouïe sous-marine ? — ScienceDaily

Il y a des millions d’années, tous les mammifères vivaient sur terre, mais à un moment donné, plusieurs espèces ont quitté la terre et ont évolué vers une vie en mer : pensez aux phoques et aux baleines, qui sont aujourd’hui adaptés à la vie sous-marine.

Les autres qui sont restés sur terre se sont adaptés de la même manière à une vie sur terre, et il n’est guère surprenant que nous, les humains, entendions mieux aujourd’hui sur terre que sous l’eau – c’est la conclusion d’un groupe de scientifiques dans une nouvelle étude. Mais l’étude révèle également des nouvelles surprenantes sur l’audition humaine.

Jakob Christensen-Dalsgaard est un expert en audition animale et dans son laboratoire de l’Université du Danemark du Sud, il se lance inlassablement dans des études d’audition d’animaux tels que les cormorans, les geckos, les grenouilles, les crocodiles – et maintenant aussi les humains. Cette fois, avec Ph.D. l’étudiant Kenneth Sørensen et le biologiste Magnus Wahlberg, également de l’Université du Danemark du Sud, et expert en audition sous-marine animale.

Des décennies de tests auditifs

Depuis les années 1950, plusieurs tentatives différentes ont été faites pour mesurer l’audition humaine sous l’eau. L’armée américaine, par exemple, s’est intéressée à comprendre comment les plongeurs sont affectés par les explosions sous-marines, et en général, les tests auditifs ont été très différents.

Certains sujets ont été testés avec du matériel de plongée, d’autres avec des capuchons en néoprène et d’autres encore avec des masques de plongée remplis d’air, ce qui peut affecter l’audition des sujets testés.

“Mais le point commun à toutes ces études scientifiques est qu’elles trouvent toutes des seuils auditifs supérieurs aux seuils que nous avons trouvés dans notre nouvelle étude, dit-il.

On entend aussi bien les phoques sous l’eau

Dans la nouvelle étude, à laquelle 7 personnes ont participé, le seuil auditif moyen de 71 dB (3,5 mPa) se situe à 500 Hz. Le seuil d’audition est une mesure des volumes que vous pouvez à peine entendre.

“Il est inférieur de 26 dB à l’hypothèse des études précédentes, nous devons donc conclure que les humains entendent nettement mieux sous l’eau que ce qui avait été précédemment rapporté par la science. En fait, le seuil à 500 Hz correspond à la façon dont les animaux tels que les cormorans et les phoques entendent sous l’eau. “, déclare Jakob Christensen-Dalsgaard.

Il convient de noter dans ce contexte que, par exemple, les phoques et les dauphins – contrairement à nous – peuvent entendre des sons très forts sous l’eau – également des sons que les humains ne peuvent pas entendre.

Les études précédentes ont émis l’hypothèse que l’oreille humaine sous l’eau fonctionne par ce qu’on appelle la conduction osseuse ; c’est-à-dire que les ondes sonores font vibrer le crâne. Cette hypothèse correspondrait aux seuils d’audition élevés trouvés dans les études précédentes.

“Mais nous pensons que la résonance dans l’air enfermé dans l’oreille moyenne amplifie le son et rend l’oreille plus sensible. Nous l’avons également montré dans des études précédentes sur des cormorans, des tortues et des grenouilles”, explique Jakob Christensen-Dalsgaard.

Il ne faut pas s’attendre à pouvoir sauter dans la mer et s’orienter parfaitement en utilisant uniquement son ouïe, dit Jakob Christensen-Dalsgaard : l’ouïe ne consiste pas seulement à capter un son. Il s’agit également de déterminer la direction du son — et c’est très difficile pour une personne sous l’eau.

“Dans l’air, nous pouvons déterminer la direction du son à quelques degrés près, mais dans l’eau, il y a une marge d’erreur allant jusqu’à 90 degrés. Ce n’est pas si étrange, car nous sommes entraînés à réagir aux petites différences de temps entre les oreilles, qui sont en raison de la vitesse du son dans l’air. Dans l’eau, la vitesse du son est quatre fois plus grande et les différences de temps sont beaucoup plus petites », explique Jakob Christensen-Dalsgaard, concluant : « Les résultats nous indiquent que les humains ont une capacité réduite à déterminer la direction des sons sous l’eau, confirmant ainsi que l’ouïe humaine n’est pas adaptée pour bien fonctionner sous l’eau.”

Source de l’histoire :

Matériaux fourni par Université du Danemark du Sud. Original écrit par Birgitte Svennevig. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT