Home and Away revisite les tensions entre Jasmine et Tori sur Grace

Le télégraphe

La France et l’Allemagne envisagent des sanctions contre les fournisseurs de vaccins alors que l’UE se dispute sur les retards s’intensifie

La France et l’Allemagne ont menacé dimanche de poursuites judiciaires contre AstraZeneca alors qu’elles se démenaient pour expliquer leurs pénuries de vaccins et ont averti que toute entreprise qui favoriserait les commandes britanniques pour les jabs serait pénalisée. Clément Beaune, le ministre français de l’Europe, a menacé de sanctions la firme anglo-suédoise, qui produit le vaccin Oxford, s’il s’avérait que la Grande-Bretagne avait été prioritaire. “S’il y a un problème et que d’autres pays ont été favorisés – par exemple le Royaume-Uni par rapport à nous – alors nous défendrons nos intérêts”, a déclaré dimanche M. Beaune. “Les contrats ne sont pas des engagements moraux, ce sont des engagements juridiques. Des pénalités ou des sanctions peuvent être déclenchées dans chaque contrat.” Cela s’est produit alors que Berlin et Rome ont lancé des menaces similaires aux fournisseurs de vaccins, dans la dernière étape d’une dispute amère en Europe sur les retards dans la production et la livraison des vaccins Covid. “Si nous découvrons que des entreprises individuelles ne maintiennent pas leur part du marché, nous devrons prendre une décision sur les mesures juridiques”, a déclaré Peter Altmaier, le ministre allemand de l’Economie, au journal Die Welt. M. Altmaier, proche confident de la chancelière Angela Merkel, a également averti les producteurs de vaccins qu ‘”il n’est en aucun cas acceptable qu’un autre pays soit rétrospectivement favorisé par rapport à l’UE”. AstraZeneca a annoncé qu’elle livrera 4,6 millions de doses à la France d’ici la fin du mois de mars, soit la moitié du montant initialement convenu. Elle a également considérablement réduit ses objectifs de livraison pour l’UE pour le premier trimestre de l’année, ce qui a provoqué une réaction furieuse de Bruxelles, qui accuse l’entreprise d’offrir un traitement préférentiel au Royaume-Uni. Parmi les sanctions envisagées par la France figurent les retenues à la source, l’annulation de commandes ultérieures et la demande d’indemnisation pour rupture de contrat. M. Beaune a déclaré qu’une enquête sur les livraisons de vaccins à la Grande-Bretagne par des usines basées dans l’UE était déjà en cours.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT