Guingamp - Lyon. Desplat: "Le match de rédemption" - Football

Après une semaine bien remplie, Bertrand Desplat a confié "toute sa confiance" à Sylvain Didot (à gauche) et à Vincent Rautureau. ((Photo Nicolas Creach))

Vendredi midi est une conférence de presse non publiée, à trois reprises, dirigée par Bertrand Desplat. Entouré de Sylvain Didot et Vincent Rautureau qui vont travailler samedi contre Lyon, le président Guingampais s'est efforcé de revenir sur le terrain, évoquant le moins possible le départ d'Antoine Kombouaré et le retour de Jocelyn Gourvennec.

Lyon, l'obsession de Bertrand Desplat a immédiatement prévenu ses auditeurs: la conférence de presse du vendredi après-midi n'avait pour but que de parler de Lyon. "Pour qu'il n'y ait aucune déception de votre part, a-t-il commencé, je préfère vous dire de quoi nous allons parler mais aussi de ce dont nous ne parlerons pas. Ce n'est pas une réunion pour discuter du départ d'un entraîneur ou l'arrivée d'un autre. Il y a un temps pour tout. Lundi, vous aurez l'occasion de parler au nouvel entraîneur. Ce matin (vendredi), nous parlons de Lyon et seulement du match de Lyon. "Le sportif dans les coulisses. Et l'urgence de marquer des points avant que Jocelyn Gourvennec ne prenne les choses en main, à partir de lundi.
Une opération, type commando. L'esprit, là aussi, a été martelé par le président guingampais. Sylvain Didot et Vincent Rautureau ont une mission qui s'arrête ce samedi. "C’est une opération commando", at-il insisté. Ce match doit être celui de la rédemption. Vous pouvez imaginer à quel point j'ai goûté à la performance qui était la nôtre lors du derby de Nantes. Tout le monde doit être exemplaire sur le terrain. Je veux beaucoup d'engagement, beaucoup d'agressivité, beaucoup de combat, beaucoup de tempérament et, surtout, beaucoup de fierté. Nous aurons la chance de jouer contre une grande équipe européenne, dans un stade complet. Place aux actes, place aux joueurs! "
Nantes, la goutte d'eauAujourd'hui, nous connaissons l'impact de ce match à Nantes. Menés sur une pénalité litigieuse à la mi-temps, les joueurs ont ensuite sombré (0-5). «J'ai vu une forme de démission qui n'est pas guingampaise, admet Bertrand Desplat. Il s'est écoulé 45 minutes. Cela ne veut pas dire qu'il faille tout jeter. Par contre, il faut immédiatement remobiliser. Le plus important sera de nous améliorer en termes d’état d’esprit.
Gourvennec, déjà au travail D'abord sans le nommer, Bertrand Desplat a bien évidemment apprécié le retour de Jocelyn Gourvennec. "Cela a suscité beaucoup de désir. Le désir de nier les messages négatifs qui nous parviennent au niveau national, en dehors du club et qui nous nourrissent énormément". Celui qui a travaillé entre 2010 et 2016 sera présenté lundi. "Jocelyn ne sera pas au stade samedi", a déclaré le président de l'EAG. Il a estimé qu'un match préparé par une équipe doit être géré par cette équipe, ce qui est du sens commun. Nous ne voulions pas mélanger les événements. Jocelyn sera devant son écran de télévision. Avec ses collaborateurs (Eric Blahic et Kevin Plantet), il est déjà au travail.
Kombouare, dans le passé Une autre ombre planait. Antoine Kombouaré, bien sûr. "Je ne ferai pas de commentaire sur son départ, je vous l'ai dit depuis le début. Cela garde toute mon estime, nous sommes partis en excellent termes", a commenté Bertrand Desplat avant de se défendre d'avoir trop soutenu le derby. "Dans ma longue expérience du football, j’ai un dicton: un entraîneur, nous soutenons ou nous séparons. Il n’ya pas d’eau tiède ni tiède dans le football. Antoine a été soutenu jusqu’à la fin, jusqu’à ce que j’ai pris la décision mon âme et ma conscience pour me séparer de lui. Le Kanak n’a pas été touché, mais lui aussi, assurément, suivra ce fameux match contre Lyon.
Guingamp – Lyon, ce samedi (17h)

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.