Tuesday, February 18, 2020

Grève contre la réforme des retraites: “Nous n’avons pas fait tout cela pour nous arrêter”

Must read

PK | La conférence de presse après #BOCVfB – VfL BOCHUM 1848

PK | La conférence de presse après #BOCVfB VfL BOCHUM 18482ème ligue allemande: le VfB Stuttgart s'impose tard au VfL Bochum LAOLA1.atVfL Bochum -...

Philippe Roingeard, une vie dédiée au vaccin contre l'hépatite C

Professeur Philippe Roingeard, en 2018 à la faculté de médecine de Tours. François GUENET / Divergences"Je vais me battre jusqu'à la fin...

Comme d’habitude, ça sent bon les merguez, ce vendredi place de la République à Paris. Pas question de sortir de la tradition pour cette septième journée de protestation nationale depuis le début de la manifestation, le 5 décembre dernier.

Le mouvement s’essouffle-t-il, comme semble le croire le gouvernement, qui a en même temps présenté son texte de réforme des retraites au Conseil des ministres? La foule se massant autour de la statue du sculpteur Léopold Morice, sous un ciel bleu azur et dans un froid piquant, veut prouver le contraire. Comme ceux rassemblés dans quelque 200 autres processions en France en même temps. Au total, 239 000 personnes ont défilé en France selon la police. Ils étaient de 1,3 million selon la CGT.

Dans la capitale, qui a accueilli entre 39 000 et 350 000 manifestants selon les chiffres, chacun est organisé selon une routine déjà largement testée depuis 51 jours. Certains sont apostrophiés et se saluent. Les autres vérifient les piles du mégaphone, testant les slogans à plein volume. Ou mettez une touche finale de couleur sur leurs bannières et enseignes. Le féminisme s’exprime haut et fort: “Ni berné ni soumis”, peut-on lire sur un carton; “Les grands perdants seront nous”, nous voyons sur un autre, orné d’un pochoir de la princesse Leia, l’héroïne de Star Wars.

VIDÉO. Réforme des retraites: «Nous ne lâcherons pas! “

Puis lentement, après quelques valses d’hésitation, le cortège commence. Le boulevard Saint-Martin d’abord, qui, avec ses trottoirs à deux niveaux, semble vite trop étroit. Puis celle de Sébastopol, plus large, vers la Seine. Dans le réticule: Place de la Concorde.

«Les journées sont innombrables», explique Annabelle, 46 ans, institutrice dans une école maternelle de Noisiel (Seine-et-Marne), accompagnée du groupement interprofessionnel AG Est Francilien (réunissant également cheminots et RATP ligne A). ). J’ai été de toutes sortes. Nous n’avons pas fait tout cela pour nous arrêter en cours de route. “

Si la motivation semble intacte, le coût de la grève pèse de plus en plus sur les familles. Tout au long du cortège, les manifestants parcourent les rangs, les cagnottes en main. “Je suis à mon quinzième jour de grève depuis le début de l’année scolaire en janvier”, calcule encore Annabelle. J’ai donc déjà perdu la moitié de mon salaire ce mois-ci, soit 1 500 euros. “

PODCAST. “Je vais perdre 800 euros par mois”, pourquoi les enseignants craignent-ils la réforme des retraites?

Tristan, son mari, qui l’a accompagnée à tous les grands événements, a rebondi: «Je suis agent de piste pour Air France. Comme tout le monde, pointe la retraite, je n’en veux pas. Je n’en suis qu’à mon cinquième jour de grève, cela m’a déjà coûté 600 euros. Le couple terminera donc le mois de janvier avec 2 100 euros de moins sur son budget. “Nous devrons faire face à un gros découvert, s’inquiète Annabelle. Même si notre fils aîné, 18 ans, qui travaillait pendant les vacances scolaires, a proposé de nous aider avec les factures.”

Les syndicats sont conscients du problème financier. La capacité de l’intégrer dans la lutte signifie aussi pour eux l’engagement sans faille des grévistes. «C’est dur et pourtant ils ne faiblissent pas, observe Philippe Martinez, le patron de la CGT. Y compris la RATP et la SNCF. Et ils sont rejoints par d’autres. Et le secrétaire général de la CGT de mentionner trois nouveaux jours de mobilisation dès la semaine prochaine, dont un «temps fort» le 29 janvier.

Son homologue de Force Ouvrière, Yves Veyrier, voit dans les nouvelles formes de protestations qui émergent une capacité à se réinventer: “Regardez les retraites aux flambeaux, qui ont fleuri un peu partout cette semaine dans le pays”, s’enthousiasme-t-il. . Ce n’est que de cette manière que nous pourrons tenir, pour ce qui est déjà un mouvement social de durée historique. “

- Advertisement -

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest article

Les déchets des chiens augmentent dans les champs publics de Tewksbury, prévient la ville

TEWKSBURY, MA - La ville de Tewksbury a mis en garde les habitants contre les déchets de chiens dans les...

Nommer également les auteurs (quotidien Young World)

SHMH, Musée d'histoire de Hambourg De là, les fascistes ont déporté des Juifs, Sinti et Roms de toute l'Allemagne du Nord (photo de 1931) En mai...

Athènes, sans transports publics pour une grève générale de 24 heures

Begoña CastiellaAthènes Mise à jour:18/02/2020 17: 08h sauvegarder Nouvelles connexesGrèce il a vu l'évolution de la...

Économie fantôme: l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent prospèrent dans ces pays

L'évasion fiscale et le blanchiment d'argent coûtent aux sociétés du monde entier des milliards de dollars. Une enquête du «Tax Justice Network» montre quels...

The Strokes in Berlin: aime-moi, frappe-moi, chante mes chansons

VSaint-Valentin, aéroport de Berlin Tegel. Si vous prenez un taxi pour vous rendre à l'aéroport à l'aube, il y a toujours quelque...