Home » Fameck. Un gendarme insulté et menacé lors d’une intervention pour un rassemblement illicite

Fameck. Un gendarme insulté et menacé lors d’une intervention pour un rassemblement illicite

by Nouvelles

Le 21 mai dernier, une vingtaine de personnes sont réunies autour d’une tonnelle, en bas d’un immeuble de Fameck. Le port du masque est oublié, tout comme les gestes barrières. Ce qui pousse les gendarmes à intervenir. Mais une fois sur place, deux hommes, deux frères, vont se montrer particulièrement véhéments. Les insultes pleuvent en direction d’un gendarme en particulier. « Fils de p…, bâtard, je vais te buter, tu vas voir ce qui va t’arriver… » Ou encore : « Ta grand-mère, je l’enc… ».

Devant le risque de voir les événements s’envenimer, les gendarmes préféreront se désengager. Ce qui ne veut pas dire renoncer. Les deux frères sont convoqués à la brigade les jours suivants. Et présentés ce mardi 25 mai devant le tribunal correctionnel de Thionville où ils ont été présentés en comparution immédiate.

« On ne met pas des gens en prison pour ça »

« On fêtait l’anniversaire d’un copain du boulot », explique le plus vieux, la cinquantaine. « On n’a pas compris ce que l’on faisait de mal ». « Il n’empêche, les gendarmes sont unanimes pour dire que vous les avez insultés et menacés de mort », lui répond le président Gantois. « Les insultes sont peut-être sorties comme ça, sans réfléchir », tente de se justifier l’aîné de la fratrie. « Moi, je reconnais que j’ai bien lancé ‘‘ta grand-mère’’ à un gendarme », reconnaîtra son petit frère, la quarantaine bien sonnée. « Mais c’est tout. »

« Ses mots ont dépassé sa pensée. Mais on ne met pas des gens en prison pour ça », minimise son avocat. Ce n’est pas l’avis du représentant du parquet. « Ils sont venus jeter de l’huile sur le feu ».

READ  Bloc-notes : Macron, affaibli, s’isole dans une impasse

Les deux frères ont été condamnés à 3 mois de prison ferme pour le plus vieux, qui a vu également un sursis de 6 mois être révoqué pour l’occasion. Son cadet a été condamné quant à lui à 2 mois de prison ferme. Condamnation à laquelle s’ajoute la révocation d’un précédent sursis, à hauteur de deux mois. Ils ont toutefois été laissés en liberté.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.