Home » Faire un cercle complet d’une carrière de course de chevaux

Faire un cercle complet d’une carrière de course de chevaux

by Nouvelles

Joan Lawrence a toujours aimé travailler avec les chevaux, mais elle n’a jamais pensé à faire carrière dans les courses de chevaux.

Après plus de 40 ans de travail dans les bureaux de backstretch et d’administration qui incluent la New York Racing Association, Thoroughbred Racing Communications et la National Thoroughbred Racing Association, Lawrence passe une partie de sa retraite à revenir à ses racines : le backstretch.

Depuis le 11 juillet, Lawrence aide James Ryerson à entretenir son écurie en marchant et en pansant les chevaux, ainsi qu’en ratissant la rangée du hangar et la zone de marche, cependant, elle a une perspective différente sur l’expérience.

« Je connais Jimmy Ryerson depuis plusieurs années, dit-elle. «Nous sommes de vieux amis et socialisons ici et là, mais il avait besoin d’aide. Je n’ai pas promené de chevaux depuis des années. Donc, c’était révélateur et très humiliant pour dire le moins. Cela m’a donné une nouvelle appréciation de ce qu’il fait ici. L’équipe a été formidable. »

L’équipe Ryerson a déjà remporté deux courses au cours des cinq premiers jours de la compétition de Saratoga : Mommie’s Jewel et Dancing Kiki. Bien qu’il puisse y avoir un peu de chance dans ces victoires, Lawrence voit l’équipe fonctionner davantage comme un orchestre pour aider les chevaux à bien performer.

“C’est une si belle chose que Jim fait,” dit-elle. « Il est le chef d’orchestre et tout le monde est l’orchestre. Ils fonctionnent tous et se rassemblent en un crescendo. Et puis tout d’un coup, il y a le cheval. « Il n’y a pas beaucoup de personnel ici. Les mariés s’entraident. Ils ont été super avec moi. Je peux sentir la positivité ici. Nous nous sentons bien en ce moment et nous espérons que tout continue de bien se passer », a-t-elle déclaré.

L’expérience de Lawrence dans les courses de chevaux est légèrement atypique que d’autres qui ont travaillé autour de la piste. Vivant à Massapequa en 1975, Lawrence et sa mère ont regardé la rediffusion de courses de chevaux mettant en vedette Frank Wright et Charlsie Cantey.

À peu près à la même époque, sa mère a également joué dans une équipe de bowling à Huntington avec l’entraîneur John Sheringham, qui faisait partie d’un groupe de cavaliers new-yorkais comprenant les membres du Temple de la renommée Bill Boland et H. Allen Jerkens. Cela a piqué l’intérêt de Lawrence d’aller à l’arrière et de travailler avec des chevaux pour Sheringham le week-end tout en fréquentant Farmingdale State.

« Ma famille n’avait rien à voir avec les courses de chevaux, mais j’ai toujours aimé les chevaux », a-t-elle déclaré. «Je conduisais jusqu’à chez lui. Il m’a mis dans sa petite voiture rouge. Quand je suis arrivé là-bas, je pensais que j’étais au paradis. Je ne savais pas que les chevaux avaient le droit de passage. Quand nous avons eu fini, il m’a remis dans la voiture et m’a ramené. Je ne pouvais pas en avoir assez après un certain temps.

Au cours des cinq années suivantes, Lawrence a travaillé pour des entraîneurs qui comprenaient Leonard Imperio, PG Johnson et John Hertler, tout en apprenant à casser des yearlings, à monter à cheval et à manier des étalons pour son beau-père John C. Lawrence, qui possédait l’un des premiers élevages d’étalons de Long Island.

L’horaire non-stop et la fracture de son épaule droite ont impacté Lawrence. Au lieu de poursuivre ses études à l’université et de travailler sur le backstretch, elle s’est intéressée au front de la course.

“Un jour, j’ai réalisé que le collège n’était pas pour moi”, a déclaré Lawrence. «Je n’étais pas non plus fait pour faire ça sept jours sur sept, autant que je voulais être entraîneur. Alors, j’ai commencé à me familiariser avec les gens du front. »

L’un de ses premiers emplois pour NYRA a été les relations avec les cavaliers et le service client avec une éventuelle amie de longue date, Mary Hauswald, puis elle est passée au marketing et aux communications. Ce poste en communication l’a menée dans un créneau des courses de chevaux pendant près de 27 ans.

Lawrence a travaillé pour TRC pendant environ sept ans avant la fusion de NTRA. Au cours de son mandat, avec le mentorat de Bob Curran, Lawrence s’est occupé de divers travaux, notamment de fournir des extraits sonores à partir d’un enregistreur SONY encombrant sur l’épaule pour les réseaux de radio sportive, de mener des sondages hebdomadaires, de produire des packages médias et de coordonner des téléconférences.

Grâce à son travail chez TRC et NTRA, Lawrence a couvert tous les événements de course majeurs, de la Triple Crown à la Breeders’ Cup, sa première mission étant Easy Goer en 1989.

Utilisant ses capacités d’anticipation, Lawrence a également joué un rôle essentiel dans la coordination de l’information et des téléconférences au New Bolton Center pour le Dr Dean Richardso, qui était le chirurgien équin de Barbaro, et elle a coordonné les événements médiatiques chez Parx Racing où Smarty Jones était formation lors de sa candidature à la Triple Couronne en 2004.

“Chaque fois qu’il y avait une opportunité, je sautais dessus”, a-t-elle déclaré. “C’était une sacrée époque, surtout quand tout le monde n’avait pas encore Internet. J’ai adoré faire partie de ce service. Les scénaristes l’ont apprécié. J’ai toujours pensé à ce dont ils avaient besoin. C’est ainsi que nous fonctionnions.

Environ trois ans avant sa retraite de la NTRA en 2015, Lawrence a décidé de quitter le trajet de Long Island à Manhattan et de déménager à Ballston Spa. Alors qu’elle aimait travailler dans le sud de l’État, Lawrence sentait qu’elle avait plus de liens avec le comté de Saratoga, en particulier avec les chevaux.

“Je pensais que je m’impliquerais davantage dans les chevaux”, a-t-elle déclaré. « C’est l’amour des chevaux et la qualité de vie et de style de vie. J’ai toujours aimé venir ici. J’ai toujours été un habitant de l’État. C’est plus moi. J’adore Long Island et j’ai grandi là-bas, mais je n’ai jamais vraiment été une personne de la plage. Je suis plus dans les montagnes. Quand je suis ici, je m’identifie toujours plus au quartier qu’à la plage.

En dehors des courses, Lawrence passe du temps à faire des activités de plein air comme la randonnée et le ski de fond, ainsi qu’à passer du temps avec d’autres amis retraités de la course.

Cela fait plus de 45 ans que Lawrence et sa mère ont regardé des rediffusions de courses de chevaux à la télévision. Au cours de cette période, la mère de Lawrence a été impressionnée par son parcours autour des courses de chevaux.

“Ma mère pensait que j’étais une rock star”, a-t-elle déclaré. “Si elle avait été ici aujourd’hui, elle aurait été fière. J’ai fini par faire une belle carrière. J’ai appris et tout le monde était bon avec moi, mais j’ai travaillé dur avec beaucoup de bonnes personnes. Ce fut un voyage incroyable quand j’y pense.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.