Facebook accepte de payer une amende de Cambridge Analytica au Royaume-Uni

Mark Zuckerberg

Copyright de l'image
Getty Images

Légende

Le directeur général de Facebook a à plusieurs reprises refusé de répondre aux questions des députés britanniques sur le scandale

Facebook a accepté de payer une amende de 500 000 £ imposée par le gouvernement britannique pour la protection des données pour son rôle dans le scandale de Cambridge Analytica.

A l'origine, il avait fait appel de la sanction, obligeant le Commissariat à l'information à poursuivre son propre contre-recours.

Dans le cadre de l'accord, Facebook n'a pas reconnu sa responsabilité.

La firme américaine a déclaré qu'elle "souhaitait avoir fait plus pour enquêter sur Cambridge Analytica" plus tôt.

James Dipple-Johnstone, sous-commissaire de l'OIC, a déclaré: "La principale préoccupation de l'OIC était que les données des citoyens britanniques soient exposées à un risque sérieux de préjudice. La protection des informations personnelles et de la vie privée revêt une importance fondamentale, pas seulement pour les droits des individus. , mais aussi, comme nous le savons maintenant, pour le maintien d’une démocratie forte ".

Harry Kinmonth, un avocat de Facebook, a indiqué que le réseau social avait apporté des modifications afin de restreindre l'accès des informations aux applications auxquelles les développeurs pouvaient accéder après le scandale.

"L'OIC a déclaré ne pas avoir trouvé de preuves permettant de conclure que les données des utilisateurs de Facebook dans l'UE avaient été transférées à Cambridge Analytica", a-t-il ajouté.

"Cependant, nous sommes impatients de continuer à coopérer avec l'enquête plus large et en cours de l'OIC sur l'utilisation de l'analyse de données à des fins politiques."

Le chercheur Aleksandr Kogan et son entreprise GSR ont utilisé un questionnaire de personnalité pour collecter les données Facebook de près de 87 millions de personnes.

Certaines de ces données ont été partagées avec Cambridge Analytica, basée à Londres.

L’OIC a affirmé que Facebook n’en avait pas fait assez pour protéger les informations des utilisateurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.