Des soldats nigérians avaient des balles réelles lors d’une manifestation meurtrière – Afrique

| |

Des soldats nigérians avaient des munitions réelles lors d’une manifestation meurtrière

LAGOS, Nigéria – L’armée nigériane a admis pour la première fois que des soldats avaient reçu des balles réelles lorsqu’ils sont allés disperser une grande foule au Lekki Toll Plaza à Lagos, où plusieurs manifestants pacifiques ont été tués fin octobre.

Les tirs meurtriers du 20 octobre sur la place ont provoqué l’indignation locale et internationale. Au moins 10 personnes qui protestaient contre les brutalités policières ont été tuées dans la fusillade de Lekki Plaza, selon Amnesty International, qui a accusé des soldats de l’armée d’avoir ouvert le feu sur des manifestants sans provocation. Le gouvernement a déclaré que deux personnes étaient décédées et 20 avaient été hospitalisées.

Brick. Le général Ahmed Taiwo, commandant de la 81 brigade de renseignement militaire, a déclaré samedi à un comité judiciaire que les soldats portaient effectivement des balles réelles.

“Les soldats, on leur a donné des balles réelles et des balles vierges. Dans ce cas particulier, nous avons vu que ces manifestations avaient été infiltrées par des voyous”, a-t-il dit, ajoutant que les balles réelles étaient pour une sauvegarde.

Le week-end dernier, il a déclaré que des munitions à blanc avaient été tirées vers le haut pour effrayer «les voyous de la foule», mais a insisté sur le fait que les soldats n’avaient pas tiré sur les manifestants.

La foule, principalement de jeunes Nigérians, chantait l’hymne national du pays et brandissait ses drapeaux alors qu’elle protestait pacifiquement contre la brutalité policière sous le hashtag #EndSARS.

L’armée avait initialement soutenu que ses troupes ne se trouvaient pas sur le site de la fusillade, mais a admis plus tard qu’elles avaient été déployées.

Un panel judiciaire a commencé à enquêter sur la fusillade. Le panel enquête également sur les allégations d’abus contre l’unité de police, l’Escouade spéciale anti-vol, connue sous le nom de SRAS.

Des appels sont lancés pour que la Cour pénale internationale mène une enquête sur les décès dus à des manifestations, la dernière étant une pétition signée par 154 organisations.

Akinbode Oluwafemi, chef du groupe Corporate Accountability and Public Participation Africa, a déclaré à l’Associated Press que la pétition avait été soumise vendredi au tribunal de La Haye, aux Pays-Bas.

.

Previous

Covid-19: l’Ukraine signale 12079 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures – CovidUkraine: 12079 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures

Sur quelle chaîne les Patriots vs Texans sont-ils diffusés aujourd’hui? Heure, programme télévisé du match de la 11e semaine de la NFL

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.