Home » Des centaines de nationalistes juifs de droite ont défilé à Jérusalem – VG

Des centaines de nationalistes juifs de droite ont défilé à Jérusalem – VG

by Nouvelles

DANS LA VIEILLE VILLE : Les nationalistes juifs de droite portant le drapeau israélien ont dansé et chanté des chants religieux lorsqu’ils ont défilé dans la partie musulmane de la vieille ville mardi après-midi. Photo : Maya Alleruzzo / AP NTB

Des nationalistes juifs de droite, parmi lesquels certains ont crié « à mort les Arabes », ont défilé dans la vieille ville occupée de Jérusalem, sous les protestations des dirigeants palestiniens.

Publié :

Les nationalistes juifs de droite, pour la plupart des jeunes hommes portant le drapeau israélien bleu et blanc, ont dansé et chanté des chants religieux sur une musique forte. À un moment donné, des dizaines de jeunes ont chanté « Mort aux Arabes » et « Que votre village brûle ».

Les Palestiniens de Gaza ont répondu au marquage avec des ballons en feu qui ont provoqué au moins dix incendies dans le sud d’Israël.

Auparavant, 2 000 policiers israéliens avaient été appelés dans le cadre de la marche controversée, qui était importante mais semblait être considérablement plus petite que celle qui s’est tenue en mai.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 33 manifestants palestiniens ont été blessés, dont aucun gravement, lors d’affrontements avec la police à la porte de Damas. Deux policiers ont également été blessés. Au total, 17 Palestiniens ont été arrêtés.

La police israélienne a autorisé les nationalistes de droite à défiler dans la rue principale de Jérusalem-Est occupée, jusqu’à la porte de Damas menant à la vieille ville. Ils n’étaient pas autorisés à utiliser la porte, mais étaient autorisés à organiser une soi-disant danse du drapeau à l’extérieur.

L’armée israélienne avait envoyé des renforts en Cisjordanie occupée, et il y avait également une préparation accrue le long de la frontière avec la bande de Gaza.

La soi-disant marche du drapeau a généralement lieu le 10 mai, date anniversaire de l’occupation de Jérusalem-Est par Israël en 1967.

DRAPEAU BRLÉ : Les Palestiniens ont répondu en brûlant le drapeau israélien et en criant des slogans anti-israéliens. Photo : Adel Hana / AP / NTB

Fini la guerre

Cette année s’est terminée par de violents affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des manifestants palestiniens, et une guerre de onze jours entre Israël et le Hamas qui a coûté la vie à 260 Palestiniens et 13 vies du côté israélien.

L’une des dernières choses que le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a faites avant de démissionner la semaine dernière a été de donner le feu vert aux nationalistes de droite pour faire une nouvelle tentative pour mener à bien la marche.

Le nouveau gouvernement israélien a confirmé lundi la décision, qui est saluée par certains commentateurs israéliens comme une tentative de Netanyahu d’alimenter le conflit, a vu la scission de la fragile coalition du Premier ministre Naftali Bennett et la reprise du pouvoir.

Provocation

Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh qualifie la marche de provocation.

“Nous mettons en garde contre les conséquences dangereuses si les forces d’occupation autorisent des colons israéliens extrémistes à effectuer la marche du drapeau”, a-t-il tweeté lundi.

Le Hamas, qui a le pouvoir dans la bande de Gaza, a appelé les Palestiniens à « braver la résistance » et a appelé à des manifestations dans la vieille ville.

“Nous devons tenir tête aux occupants et résister de toutes les manières possibles pour arrêter les crimes et leur agression”, a déclaré la direction du Hamas dans un communiqué.

Les États-Unis ont également mis en garde contre la réalisation de la marche.

– À notre avis, il est absolument crucial que vous ne preniez pas des mesures qui aggravent la tension. Nous avons tous vu ce qui a déclenché la dernière flambée de violence, et nous savons tous à quel point la situation est délicate, a déclaré un porte-parole du département d’État américain au début du mois.

PROVOCATEUR : Itamar Ben-Gvir, qui dirige le parti du pouvoir juif, est une figure provocatrice de l’extrême droite en Israël. Sur le mur du salon, il a une photo de Baruch Goldstein, qui en 1994 a massacré 29 Palestiniens lors de la prière du vendredi dans une mosquée d’Hébron. Ben-Gvir est un fervent partisan de la marche du drapeau. Photo : AP/NTB

Extrémistes de droite

L’un de ceux qui ont été les plus désireux d’organiser la marche était le chef du Parti sioniste d’extrême droite, Bezalel Smotrich.

Smotrich, qui a été ministre des Transports dans le gouvernement de Netanyahu, a fait au fil des ans un certain nombre de déclarations et de propositions controversées, notamment en exigeant que les forces de sécurité israéliennes « tirent pour tuer » les lanceurs de pierres palestiniens.

Le Parti du pouvoir juif, composé de partisans du défunt rabbin et extrémiste de droite Meir Kahane et de son parti Kach, qui a été interdit et qualifié de terroriste en Israël en 1988, a également tiré les ficelles.

Le chef du parti Itamar Ben-Gvir est une figure provocatrice d’extrême droite, a une photo du meurtrier de masse Baruch Goldstein sur le mur du salon et s’est prononcé en faveur du refus des chrétiens, qu’il qualifie de “vampires assoiffés de sang”, de fêter Noël au pays.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.