Covid19. Le Conseil européen historique parvient à un accord le cinquième jour

| |

Approuvé», a écrit le président du Conseil européen, Charles Michel, dans un post sur le réseau social Twitter.

La décision est intervenue à 5h30 (heure locale, moins un à Lisbonne), quelques minutes après que les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE) ont repris, ce matin à Bruxelles, les travaux formels le 27, après d’âpres négociations en les derniers jours pour clôturer le plan de relance économique européen basé sur le budget 2021-2027 et le fonds de relance.

Lancé vendredi matin dernier, ce Conseil européen dédié au plan de relance économique de l’Europe face à la crise du covid-19 est l’un des plus longs sommets de l’histoire de l’UE, et n’a pas à peine battu le record établi à Nice en 2000, qui a duré cinq jours et a duré plus de 90 heures.

A cette réunion historique, a été approuvée la proposition globale présentée au quatrième jour de négociations par le président du Conseil européen, Charles Michel, prévoyant un budget 2021-2027 de 1,074 milliard d’euros et un fonds de relance de 750 milliards, avec un peu plus la moitié en subventions.

A partir du Fonds de relance, 390 milliards d’euros seront ensuite alloués sous forme de subventions (transferts non remboursables) et les 360 milliards restants sous forme de prêt.

Afin de plaire aux pays dits «frugaux», le montant total des subventions a considérablement baissé par rapport aux 500 milliards d’euros initialement proposés.Ce qui reste pour le Portugal
Le Portugal pourrait lever plus de 15 milliards d’euros de transferts non remboursables au titre de ce fonds, selon le Premier ministre portugais, António Costa, un montant similaire à ce qui était déjà prévu, ceci malgré la diminution substantielle (d’environ 20%) du montant à accorder aux États membres sous forme de subventions.

En ce qui concerne le cadre financier pluriannuel de l’Union, le budget pour les sept prochaines années, Charles Michel s’appuyait sur la proposition qu’il avait présentée en février dernier – et qui n’avait pas été approuvée par les 27 à l’époque -, mais avec quelques modifications, en tenant compte l’impact économique de la crise du covid-19, tout en maintenant les grandes priorités communautaires.

Les 27 sont également parvenus à un compromis sur la relation entre l’octroi de financements européens et le respect de l’État de droit, dont les conditionnalités initialement abordées ont été vivement critiquées par la Hongrie et la Pologne, deux pays ciblés par Bruxelles pour des violations présumées des principes démocratiques.

Désormais, le document dit seulement que “le Conseil européen souligne l’importance du respect de l’Etat de droit”, notant que “les intérêts financiers de l’Union sont protégés conformément aux principes généraux consacrés par les traités”.

Réactions à l’accord

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a estimé que le paquet de relance post-crise pour l’économie communautaire du covid-19 maintenant approuvé est “un accord fort“, qui montre que l’Europe est” solide “, envoyant” un signe de confiance “.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré l’accord “est une opportunité unique de moderniser l’Europe“.

Le chancelier allemand a fait valoir que l’accord révèle une “Europe unie“dans un scénario qui exigeait” des réponses extraordinaires

Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’avec l’accord de reprise économique du covid 19 d’après-crise approuvé au Conseil européen, c’est “une journée historique pour l’Europe“.

.

Previous

Les mamans font cela comme premiers soins si la petite fille vomit jaune

Achmad Yurianto quitte officiellement le poste de porte-parole du gouvernement pour Covid-19

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.