nouvelles (1)

Newsletter

comment cela va ruiner la vie des Italiens – Libero Quotidiano

Deux ans après le début de la crise déclenchée par le Covid – dont les dégâts ne sont pas encore réparés – une nouvelle urgence balaie notre économie. L’effet de la flambée des prix de l’énergie, du gaz et des carburants, exacerbée par la crise ukrainienne, risque en effet d’amener le taux de inflation à 8% : un niveau qu’en Italie pas vu depuis les années 1980 et cela pourrait nous coûter cette année 26,1 milliards d’euros en moindre consommation et un réduction de 41,3 milliards l’augmentation prévue du produit intérieur brut. Faire sonner l’alarme est Confesercenti, dans un dossier qui fait le bilan des deux années qui se sont écoulées depuis le premier confinement, analysant le fatigant chemin de reprise emprunté après l’effondrement provoqué par la pandémie en 2020.

Malheureusement, une reprise encore incomplète : malgré la reprise post-pandémique de l’an dernier, fin 2021 le PIB était encore à 52 milliards d’euros en dessous des niveaux de 2019, la consommation à -71 milliards, et aussi des présences touristiques toujours à 174 millions en dessous des niveaux d’avant. covid. Et le chemin de la reprise, maintenant, pourrait être brusquement interrompu par la haute énergie et les nouvelles tensions générées par le conflit russo-ukrainien.

Le nouveau scénario ouvert par l’invasion oblige en effet à revoir à la baisse les prévisions pour l’année en cours : la croissance du PIB en 2022 passerait de la prévision de +61,5 milliards (+3,7% sur 2021) à +20,2 milliards (+ 1,2 %), celle de la consommation de +35,9 milliards d’euros initialement prévue à tout juste +9,8 milliards. Un ralentissement qui reporte à plus tard le retour aux niveaux d’avant le covid : à la fin de cette année, le PIB resterait encore 52 milliards en dessous des valeurs de 2019, tandis que l’écart de consommation s’établirait à -31,5 milliards d’euros. Obstacle supplémentaire pour les entreprises, qui sortent déjà d’une période difficile : la pandémie a coûté leur emploi à près de 325 000 indépendants en deux ans.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT