Home » COLLABORATION – La carte vaccinale suscite la polémique

COLLABORATION – La carte vaccinale suscite la polémique

by Nouvelles

La pandémie a déclenché une discussion entre employeurs, travailleurs et autorités administratives du travail dans laquelle ils se demandent s’il est possible que l’employeur exige que le travailleur se soumette au test et au vaccin Covid-19 et quelles seraient les conséquences du refus du travailleur.

La Constitution de la République dominicaine, le Code du travail, la jurisprudence constante de la Cour suprême de justice et de la Cour constitutionnelle ne laissent aucun doute qui ne peut être interprété par un juriste connaissant le droit du travail et rapidement les articles 44, 46 et 88 Ils donnent des réponses à les questions, en ce sens, il est de l’obligation pour le travailleur de se soumettre à un examen médical à la demande de l’employeur pour vérifier qu’il ne souffre pas d’une maladie infectieuse contagieuse.

L’employeur a l’obligation d’entretenir l’usine, le bureau et les autres lieux où le travail doit être effectué dans les conditions requises par le règlement sanitaire et de fournir gratuitement les médicaments préventifs indiqués par les autorités sanitaires en cas de maladies épidémiques, couvrant les frais de l’examen ou du vaccin.

L’article 7 du Règlement d’application du Code du travail considère ce refus comme un manquement grave aux obligations du contrat de travail, également caractérisé comme une cause de licenciement par le numéro 19 de l’article 88 du Code du travail, qui peut être utilisé par l’employeur de résilier le contrat de travail par licenciement ou le travailleur, dans le cas où l’employeur ne prend pas de telles mesures, de résilier le contrat par démission.

See also  Sources: Le Pac-12 annule les sports d'automne, les yeux jaillissent

Quelles seraient les conséquences si le travailleur refusait l’examen médical contre le COVI-19 ?

L’employeur pourrait résilier le contrat de travail en licenciant le travailleur pour un motif valable, en compromettant le travailleur par imprudence ou imprudence inexcusable la sécurité du lieu de travail de l’entreprise ou des personnes qui s’y trouvent, et en refusant au travailleur d’adopter des mesures préventives et en ne suivant pas les procédures indiquées par les autorités compétentes ou l’employeur.

Si le tribunal déclare le licenciement justifié, le travailleur ne perçoit pas l’indemnité que l’on appelle dans la rue les indemnités de liquidation ou de travail (préavis et assistance chômage) ; mais la grande question serait :

Le travailleur sera-t-il obligé de se faire vacciner à la demande de l’employeur ?

Sans aucun doute, ne pas se faire vacciner à la demande de l’employeur et sous les suggestions des autorités sanitaires entraînerait les mêmes conséquences d’un licenciement justifié, sous prétexte que ce travailleur met en danger sa santé et sa vie, celle de ses collègues et de tous les entreprise, l’article 88 au chiffre 15 du Code du travail établit clairement qu’il y a motif de licenciement lorsque le travailleur refuse de prendre des mesures préventives ou de suivre les procédures indiquées par les autorités compétentes ou les employeurs qui évitent les maladies.

C’est un engagement et une obligation légale pour le travailleur et l’employeur en cas d’existence d’une pandémie pouvant affecter les droits collectifs fondamentaux (l’ordre public général est imposé à l’ordre public privé) de prendre toutes les mesures préventives pouvant prévenir la maladie. décès des travailleurs par Covid-19, le vaccin au-delà d’un devoir est une obligation (voir articles 42 et 74 de la Constitution et articles 44, 46 et 88 du code du travail et 7 du règlement 258-93).

See also  PlayStation annonce les nouveaux Funko POP de Death Stranding, TLOU II et plus

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.