“ Coaching the TV ” – Dans le Iron Bowl de Nick Saban depuis la maison

| |

Alors que les heures et les minutes passaient au plus improbable des Iron Bowls pour Nick Saban, il ne pouvait s’empêcher de penser à son défunt père, Nick Sr. – “Big Nick”, comme on l’appelait dans leur Monongah, Virginie-Occidentale, communauté.

Saban, contraint de regarder le démantèlement d’Auburn 42-13 en Alabama samedi de chez lui de manière isolée après avoir été testé positif au COVID-19, l’a fait avec agitation, passion et le cœur un peu lourd.

La seule autre fois de sa carrière où il n’était pas sur la touche avec son équipe pour un match est survenu alors qu’il était assistant diplômé de première année, âgé de 22 ans sous Don James à Kent State. Le père de Saban est décédé subitement d’une crise cardiaque deux semaines après le début de la saison 1973 à l’âge de 46 ans.

“Je suis rentré à la maison pour le service de mon père lorsque nous avons joué à San Diego State le troisième match de la saison”, a déclaré Saban à ESPN. “C’était il y a 47 ans. Mec, c’était dur, et ça l’était aussi.”

Difficile, mais pas très différent pour Saban, la créature ultime de l’habitude.

“J’ai fait à peu près tout, vraiment, la même chose. Je n’étais tout simplement pas au stade”, a-t-il déclaré.

Cela comprenait se lever le samedi matin bien avant le lever du soleil, passer quelques appels aux membres du personnel dès 6 h 30 et préparer les réunions via Zoom.

Saban a installé son opération du samedi à l’étage dans sa spacieuse salle bonus qu’il utilise pour divertir les recrues et leurs familles. Sa femme, Terry, est également en quarantaine et elle est restée en bas.

Terry, ou Mlle Terry, comme l’appelle Saban, a dit à ESPN que c’était son “premier vrai coup d’oeil dans le” Processus “.”

“Il s’est douché, a mis son costume gris et sa cravate rouge, a passé quelques heures où il a fait ses notes et a ensuite fait quelques réunions Zoom,” dit Terry. “J’étais au courant des X et des O, mais c’était plus une question de motivation. … J’ai eu les larmes aux yeux à un moment donné et je me suis dit: ‘Wow, je suis prêt à jouer.'”

Les deux enfants de Saban, Nicholas et Kristen, sont passés à la maison pour dire bonjour et récupérer leurs billets avant le match, mais ils ne pouvaient pas entrer. Nicholas est venu sur le porche arrière, et Kristen a élevé son père à travers la fenêtre.

Elle a continué sa tradition, remontant à l’époque de Saban à LSU, de donner à son père un sou neuf pour la bonne chance. Seulement cette fois, elle a dû le faire glisser sous le bas de la porte.

C’était un sentiment surréaliste au Mal M. Moore Athletic Facility de l’Alabama.

Jeff Allen, l’entraîneur d’athlétisme en chef de l’Alabama, est le seul membre de l’équipe de football de Saban qui est là depuis l’arrivée de Saban en 2007. Allen s’est retrouvé à marcher jusqu’au bureau de Saban ce matin pour lui faire le point sur les blessures.

“Presque par habitude, je suis passé devant son bureau pour lui faire un rapport et je me suis dit: ‘Mec, il n’est pas là'”, a raconté Allen. “Ça ne me semblait pas juste, surtout en avant-match et dans les vestiaires. Tu as en quelque sorte un aperçu de ce que serait la vie sans lui, et je n’aimais pas ça.”

Saban ne rompt jamais sa routine du jour du match, donc certains membres du personnel de l’Alabama se demandaient légitimement s’ils devraient apporter la tenue d’entraînement de Saban le jour du match chez lui avec son repas normal avant le match.

Mais ce jour-là, Saban l’a un peu changé.

“[Terry] n’était pas dans ce truc de repas d’avant-match et faisait des hot-dogs “, a déclaré Saban, un mangeur notoirement léger.” C’est mon préféré, mec, avec une sauce chili. Elle fait de la sauce chili maison. “

Saban s’est adressé à son personnel à 9 h 15, comme il le ferait normalement, mais cette fois virtuellement, puis à toute l’équipe plus tard dans la matinée. Et bien qu’il soit à la maison, il portait son costume et sa cravate habituels.

“Juste un rappel qu’il n’a peut-être pas été là physiquement, mais qu’il est toujours là”, a déclaré un membre du personnel. “C’est comme cette voix du ciel. Il est là, et ne pense pas qu’il ne l’est pas. C’est juste le ton qu’il donne, et ça ne changera jamais … même quand il regarde de chez lui.”

Selon les règles de la NCAA, Saban a dû couper toute communication avec le personnel et l’équipe 90 minutes avant le match. Le coordonnateur offensif Steve Sarkisian est intervenu pour Saban en tant qu’entraîneur du jour de match sur la touche.

«Sark m’a demandé ce que je voulais qu’il dise à l’équipe dans le vestiaire», a raconté Saban. «J’ai dit: ‘Hé, tu ne peux pas être moi. Tu dois dire ce que tu as à dire, mais voici les trois choses sur lesquelles je voudrais parler avant de sortir.’

“Je ne voulais tout simplement pas affecter sa capacité à appeler les jeux et à faire des corrections avec l’offensive et tout le reste. J’ai été vraiment impressionné par Sark et le travail qu’il a fait, tous les gars. Cela s’est passé aussi bien que possible. pourrait.”

Cela dit, Saban était son moi animé habituel pendant le match. Il avait deux téléviseurs côte à côte avec des flux différents, la diffusion CBS et ensuite le flux en direct de différents points de vue dans le stade que les entraîneurs utilisent pour évaluer et noter le film. Le flux en direct a quelques secondes d’avance sur l’émission télévisée.

Et bien qu’il ait pu voir sa publicité Aflac à quelques reprises (oui, celle avec le canard), Saban a baissé le volume de l’émission CBS.

“Je l’avais, mais je n’ai pas écouté le commentaire”, a déclaré Saban. “Je ne voulais pas les écouter et essayer de regarder les deux copies du jeu. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il y avait un petit décalage entre ce qui était à la télévision et le flux en direct, donc je pouvais regarder le joue deux fois.

«Parfois, j’entendais Miss Terry crier en bas après que la pièce ait déjà eu lieu.

Toujours perfectionniste, le point de vue de Saban sur une pièce serait souvent très différent de celui de Terry.

“Quand il y avait une mauvaise pièce, je maudissais la télévision. Quand il y avait une bonne pièce, elle criait, alors nous étions en quelque sorte des opposés polaires”, a déclaré Saban. «Et parfois, je l’entendais applaudir et je me demandais: ‘Qu’est-ce qu’elle applaudit?’ “

Terry avait déjà une idée de ce qui allait se passer pendant le match. Elle a dit qu’elle avait écouté toute la semaine pendant l’entraînement, Saban s’exposer à l’analyste Charlie Strong au téléphone pendant que Saban regardait sur son écran de chez lui. La liaison est forte pendant que Saban regarde l’entraînement, et la configuration de Saban à la maison lui permet de tout voir aussi, dans bien des cas mieux qu’il ne le ferait s’il était réellement sur le terrain d’entraînement.

«Pauvre Charlie Strong! Dit Terry. “J’ai essayé d’expliquer à Nick que crier des choses pendant l’entraînement [on the phone] n’aide pas, qu’il crie seulement à l’oreille de Charlie, pas aux joueurs. J’ai expliqué que s’il faisait valoir calmement et succinctement son point de vue, Charlie serait mieux en mesure de le transmettre aux joueurs. Il m’a regardé comme si j’avais deux têtes, mais je pense que ça commence à s’enfoncer. “

Même s’il n’y avait pas beaucoup de drame dans le jeu, alors que l’Alabama prenait une avance de 21-3 à la mi-temps, Terry sait aussi bien que quiconque que pour son mari, il y a deux tableaux de bord – le tableau de bord intérieur (performant au mieux de votre capacité à chaque jeu) et le tableau de bord extérieur (victoires, championnats, joueurs de la NFL, etc.). Et le seul qui compte dans le monde de son mari est le tableau de bord interne.

«Oui, j’applaudissais, applaudissais et sautais un peu, mais quelques fois cela m’a fait peur et je me suis figé quand j’ai entendu une voix profonde et grondante venant d’en haut,» dit Terry. «Au début, je me suis dit: ‘Qu’est-ce que c’était que ça?’ Puis j’ai réalisé que Nick entraînait … entraînait la télévision.

«Les vieilles habitudes sont mortes et je me suis demandé s’il avait jeté sa tasse de café puisqu’il n’avait pas d’écouteur.

Le pire moment pour Saban a été les 90 minutes avant le coup d’envoi lorsqu’il a été coupé de son personnel et de ses joueurs.

“Je me suis juste assis là et j’ai regardé en quelque sorte l’échauffement d’avant-match sur le flux en direct comme un fan foutu assis sur le pont supérieur”, a déclaré Saban. “Vous parlez de bizarre. C’était différent.”

À un moment donné, pendant cette pause de 90 minutes avant le match, Saban a pensé à faire ce qu’il avait fait la veille vendredi.

«J’étais tellement fatigué d’être enfermé ici qu’après le passage, je suis monté dans ma voiture et j’ai fait un tour par moi-même», a déclaré Saban.

Lorsqu’on lui a demandé où il allait, Saban a répondu: “Nulle part. Je suis juste allé partout; n’importe quoi pour sortir de la maison.”

Alors que le match se terminait samedi et que l’Alabama avait vengé la défaite 48-45 de la saison dernière contre Auburn, Saban avait hâte de renouer avec son équipe.

Allen entra dans le vestiaire, regarda son téléphone et vit qu’il avait déjà eu deux appels manqués de Saban.

“Il surveillait les blessures, tout comme il le ferait s’il était ici”, a déclaré Allen. “C’est exactement ce qui se serait passé s’il avait été ici.”

C’était la même chose avec le discours d’après-match de Saban à l’équipe. Il leur a dit par vidéo à quel point il était fier d’eux de ne pas avoir laissé les distractions de la semaine les affecter et leur a rappelé à quel point il était important, surtout pendant une pandémie, d’avoir ce “Et alors? Et ensuite?” genre d’attitude. Saban a ensuite dirigé la prière de l’équipe et ils ont chanté la chanson de combat de l’Alabama.

Jamais du genre à se souvenir, Saban a admis à quel point il lui manquait d’être là avec ses joueurs et ses entraîneurs, surtout parce que c’était Senior Day.

“Le simple fait de ne pas faire partie de l’esprit du jeu, en particulier de ce match, l’Iron Bowl, et ce que cela signifie pour tant de gens dans notre état était difficile – et je veux dire vraiment difficile”, a déclaré Saban, dont l’équipe était classée. N ° 1 du classement des éliminatoires de football universitaire la semaine dernière.

Saban, dont le résultat positif du test de coronavirus est revenu mercredi dernier, a déclaré lundi qu’il s’attendait à être sur la touche pour le match de ce week-end contre LSU. Il a dit qu’il n’avait pas encore de fièvre et qu’à part un nez qui coule et un peu de rhume, il n’avait pas eu d’autres symptômes.

“Il est difficile d’expliquer à quel point être là-bas avec les joueurs et les entraîneurs signifie pour vous”, a déclaré Saban. “Et quand vous ne pouvez pas être là-bas, cela vous fait réaliser à quel point cela vous manquerait encore plus.”

Allen a déclaré que cela pourrait être un signe inquiétant pour le reste du monde du football universitaire.

“Il ne quittera peut-être jamais l’entraînement”, a déclaré Allen en riant. “Toute cette expérience ne fait que renforcer cela.”

https://platform.instagram.com/en_US/embeds.js .

Previous

Taille du marché des logiciels de cinéma, part, statistiques, tendances, demande et revenus, prévisions jusqu’en 2027 – Khabar Asie du Sud

Taille du marché des services bancaires de sang de cordon, revenus, part, portée, taux de croissance et prévisions jusqu’en 2027 – Khabar Asie du Sud

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.