AVC, nous sommes tous concernés!

À l'occasion de la Journée mondiale de l'AVC, le 29 octobre, la Société française de neuro-vasculaire (SFNV), équivalent français de la Journée mondiale de l'AVC, se mobilise pour alerter la population par le biais d'une nouvelle campagne de sensibilisation. Cette année, tous les professionnels impliqués dans les pathologies vasculaires cérébrales souhaitent s’adresser au plus grand nombre avec une campagne visant à rappeler à tous que les accidents vasculaires cérébraux sont l'affaire de tous: enfants, adolescents, adultes, hommes, femmes, personnes âgées, tout le monde. peut être confronté à cette maladie un jour. La SFNV envoie un message fort au public: "Bien sûr, nous sommes tous concernés!".

Comprendre, identifier et réagir en cas d'accident vasculaire cérébral

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le flux sanguin vers ou dans le cerveau est interrompu par un vaisseau sanguin obstrué (71% des accidents vasculaires cérébraux sont ischémiques) ou lorsque la rupture d'un vaisseau sanguin provoque une hémorragie (25% d'accident vasculaire cérébral). saignements ou hémorragie méningée) se produit dans le cerveau. Les conséquences peuvent être dramatiques si les cellules cérébrales sont détruites ou ne reçoivent plus l'oxygène et le glucose dont elles ont besoin pour fonctionner normalement.

Rappel des premiers symptômes d'un AVC soudain et latéralisé

– paralysie, faiblesse ou engourdissement d'une partie ou de la moitié du corps
– Déformation de la bouche, difficulté à parler
– une perte de vision d'un oeil
– troubles de l'équilibre, de la coordination ou de la marche
– Céphalée inhabituelle Symptômes inhabituels qui apparaissent d'un côté.

Prenez rapidement en charge les victimes dès les premiers symptômes en appelant immédiatement le numéro & 15; est essentielle: plus l’AVC est traité tôt dans un hôpital doté d’une unité neurovasculaire, mieux il peut être traité. Depuis 2003, la thrombolyse * et la thrombectomie ** depuis 2015 sont deux traitements qui ont considérablement réduit le risque de séquelles. Le défi consiste aujourd’hui à mieux prévenir les accidents vasculaires cérébraux en sensibilisant beaucoup de monde: «La prise en charge des accidents vasculaires cérébraux a considérablement évolué ces dernières années, et les prestataires de soins de santé doivent à présent s’assurer que les personnes ne tombent pas malades. Cette nouvelle campagne Rappelez-vous que les accidents vasculaires cérébraux sont l'affaire de tous: enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, il n'est jamais trop tôt ou trop tard pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux. Professeur Serge Timsit, président du SFNV, chef du département de neurologie à l'université Hôpital de Brest.

"Stroke, nous sommes tous concernés!"

En France, près de 800 000 personnes sont aujourd'hui victimes d'un AVC et plus de 500 000 ont des séquelles. Chaque année, plus de 140 000 nouvelles personnes sont touchées et environ 30 000 meurent. L’accident vasculaire cérébral est l’une des principales causes de décès dans le monde, la principale cause de handicap acquis chez les adultes, la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer et la principale cause de décès chez les femmes. Bien que le fardeau soit principalement supporté par les personnes âgées, près de 25% des accidents vasculaires cérébraux surviennent avant l'âge de 65 ans et le taux de "jeunes" patients hospitalisés pour un AVC augmente chaque année, avec des augmentations significatives entre 35 et 64 ans. Dans les causes: hypertension, diabète, obésité, tabac et alcool. La dynamique des accidents vasculaires cérébraux reste préoccupante en France comme dans le reste du monde, dans un contexte de vieillissement de la population: environ 7,8 millions de décès par AVC d'ici 2030! Alors que le taux de mortalité a diminué depuis 2008 (-13%) et que le taux de traitement chez les VNU (unité neurovasculaire) sur le territoire a considérablement augmenté depuis la même année, des disparités importantes persistent au niveau régional. .

En France, les disparités régionales varient du simple au double

Les quatre régions d'outre-mer (Réunion – Guadeloupe – Guyana – Martinique), les Hauts-de-France et la Bretagne présentent les taux de mortalité les plus élevés et l'Ile-de-France, le plus bas, presque deux fois plus que celui observé à La Réunion. Les régions Hauts-de-France et ultramarine maintiennent des taux de mortalité prématurée jusqu'à trois fois supérieurs à ceux de certaines régions. Les taux les plus bas sont observés en Auvergne-Rhône-Alpes, en Occitanie, dans les Pays de la Loire, en Île-de-France et en Corse. Détails

Les accidents vasculaires cérébraux restent une maladie dont les principaux facteurs de risque peuvent être prévenus par une prévention appropriée et dont la rapidité des soins est essentielle pour limiter les risques de décès et de séquelles fonctionnelles. Ainsi, la poursuite ou l'intensification des campagnes de prévention est essentielle pour limiter l'impact humain et économique de cette pathologie. C'est pourquoi le SFNV se mobilise cette année avec un message fort adressé à l'ensemble de la population: "AVC, nous sommes tous concernés!"

Chez les enfants de moins de 18 ans, les accidents vasculaires cérébraux sont rares, moins de 1% et ont des spécificités différentes de celles de l'adulte (causes, signes). Plus d'une fois sur deux, il n'est pas diagnostiqué immédiatement. Les jeunes adultes, en revanche, connaissent une augmentation du nombre de cas de facteurs de risque classiques qui tendent à augmenter dès l’âge de 35 ans. De plus, de nouveaux facteurs socio-environnementaux se confirment et annoncent une augmentation pour les années à venir (drogues, pollution atmosphérique). mais aussi l'obésité et le diabète). Enfin, les femmes, les premières victimes d'un AVC, ont leurs propres facteurs de risque: l'association pilule, tabagisme et migraine avec aura *** ne fait pas bon ménage. les périodes de risque telles que la grossesse, la ménopause et l'hormonothérapie substitutive; dépression et stress psycho-social auxquels les femmes sont plus exposées que les hommes. Dans le cadre de cette campagne de sensibilisation, le SFNV organisera des conférences et des événements pour le grand public, dirigés par les différents VNU régionaux, tout au long de la semaine précédant la Journée mondiale de l'AVC.

>>> Programme: https://www.accidentvasculairecerebral.fr/actus-avc-regions

Moins de 4h30 après le coup.
** À moins de 6h00 du matin après le coup.
*** Migraines avec troubles visuels, sensoriels et aphasiques.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.