Analyse de la méthylation de l’ADN d’échantillons de sang de cordon chez les nouveau-nés nés de mères diabétiques gestationnelles diagnostiquées avant 24 semaines de gestation

Cet article a été initialement publié ici

BMJ Open Diabetes Res Care. 2022 janvier;10(1):e002539. doi : 10.1136/bmjdrc-2021-002539.

ABSTRAIT

INTRODUCTION: Des analyses de méthylation à l’échelle du génome du diabète sucré gestationnel (GDM) diagnostiqué après 24 semaines de gestation (GDM tardif (L-GDM)) à l’aide de sang de cordon ont été rapportées. Cependant, les changements épigénétiques chez les nouveau-nés nés de mères atteintes de DG diagnostiqué avant 24 semaines de gestation (GDM précoce (E-GDM)) n’ont pas été rapportés. Nous avons étudié la méthylation de l’ADN chez les nouveau-nés nés de mères atteintes d’E-GDM à l’aide d’échantillons de sang de cordon.

CONCEPTION ET MÉTHODES DE RECHERCHE : Une analyse de la méthylation de l’ADN à l’échelle du génome a été réalisée à l’aide d’un tableau Illumina EPIC pour comparer les taux de méthylation de 754 255 sites autosomiques dans des échantillons de sang de cordon de nouveau-nés à terme nés de 162 mères atteintes de DG (E-GDM : n = 84, L -GDM : n = 78) et 60 grossesses à tolérance normale au glucose (HGPO normale). Le DG a été diagnostiqué sur la base des critères de la Société japonaise d’obstétrique et de gynécologie modifiés avec les critères du groupe d’étude de l’Association internationale du diabète pendant la grossesse. Dans cette étude, toutes les mères DG ont subi une gestion diététique, tandis qu’une auto-surveillance de la glycémie et de l’administration d’insuline a été initiée lorsque la modification alimentaire n’a pas permis d’obtenir un contrôle glycémique.

RÉSULTATS : Il n’y avait aucune différence significative dans la méthylation de l’ADN à l’échelle du génome des échantillons de sang de cordon entre les groupes GDM (E-GDM et L-GDM) et le groupe OGTT normal ou entre les groupes E-GDM et OGTT normal, L-GDM et normal les groupes OGTT, et les groupes E-GDM et L-GDM.

CONCLUSIONS: Il s’agit du premier rapport à déterminer les schémas de méthylation de l’ADN chez les nouveau-nés nés de mères atteintes d’E-GDM. Les nouveau-nés nés de mères atteintes de DG, qui ont été diagnostiqués sur la base des critères de la Société japonaise d’obstétrique et de gynécologie, peuvent ne pas différer en termes de méthylation de l’ADN par rapport à ceux nés de mères HGPO normales.

PMID :35046013 | EST CE QUE JE:10.1136/bmjdrc-2021-002539

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT