10 blessés dans l'accident d'avion à destination de Toronto

Les photos ont montré que l'avion s'était immobilisé dans le sable, juste avant une pente raide.

Dix personnes ont été blessées dans des scènes qualifiées de "chaos". Un avion de ligne Boeing transportant 126 personnes, principalement des Canadiens, s'est écrasé vendredi 9 novembre dans la capitale guyanaise, Georgetown, avant de chuter juste avant une chute abrupte.

L'avion Fly Jamaica Airways était à destination de Toronto après avoir subi un problème hydraulique peu de temps après le décollage. Il est rentré à l'aéroport, s'est écrasé et s'est échappé de la piste, a déclaré le ministre des Transports, David Patterson.

"Tout le monde devenait fou, criait, pleurait pour sa vie, tout", a déclaré la passagère Invor Bedessee, décrivant la mort de certaines personnes lors de sa descente.

"Certaines personnes ont été blessées parce qu'elles sont descendues de la glissade ou n'ont pas quitté le vol assez rapidement, alors les personnes derrière elles leur ont donné des coups de pied", a-t-il déclaré à la chaîne publique canadienne CBC.

"Il y avait beaucoup de chaos." Bedessee a déclaré que le décollage avait été retardé d'environ 45 minutes car l'une des portes gauche était "mal fermée" et une équipe de maintenance a été appelée pour régler le problème.

Patterson a déclaré que les blessures ne mettaient pas sa vie en danger et que les blessés avaient été transportés dans un hôpital proche de l'aéroport situé sur la côte atlantique du pays, l'Amérique du Sud.

Le responsable médical du Guyana, Shamdeo Persaud, a déclaré que cinq des blessés avaient été envoyés dans un autre hôpital aux fins "d'enquêtes approfondies" pour blessures à la colonne vertébrale.

Parmi les 118 passagers à bord du Boeing 757-200 figuraient 82 Canadiens. Il y avait huit membres d'équipage.

"À ce jour, aucun citoyen canadien n'a été blessé", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Philip Hannan, à Ottawa.

"Les agents consulaires canadiens sont en contact avec les autorités locales et sont prêts à fournir une assistance consulaire aux citoyens canadiens si nécessaire". Après avoir décollé à 2 h 10 (2 h 10, heure de Singapour), le pilote a signalé un problème de système hydraulique 10 minutes après le début du vol.

"Nous avons volé environ 10 ou 15 minutes dans les airs, juste au-dessus de l'océan Atlantique. Nous tournions à plusieurs reprises et le commandant de bord a annoncé des problèmes hydrauliques et nous avons dû retourner à l'aéroport", a déclaré Bedessee à CBC.

"Quand nous avons atterri sur le sol, les roues tournaient toujours, elles ne freinaient pas, il n'y avait pas de freins hydrauliques pour freiner les roues et ensuite nous avons dépassé la piste", a déclaré la passagère encore ébranlée.

Les photos ont montré que l'avion s'était immobilisé dans le sable, juste avant une pente raide.

"Une des ailes s'est détachée et le moteur du côté droit s'est renversé. Nous nous sommes écrasés dans un gros tas de sable au bord d'une falaise. Il y a une grosse chute d'environ 9 à 12 mètres sur l'autre côté ", a déclaré Bedessee.

"Si nous avions 10 pieds de plus, nous serions dans la falaise, dans le fossé. C'était un miracle." Une résidente a déclaré à l'AFP qu'elle avait entendu une forte explosion et lorsqu'elle est allée à l'extérieur, elle a vu de la fumée.

"J'ai vu des lumières vives et de la fumée, des sirènes, des gens qui criaient. J'ai vu l'avion se détourner dans un angle, mais auparavant, j'ai entendu une forte explosion", a déclaré Melana Perreira.

'BEAUCOUP DE CHAOS'

Bedessee a déclaré que l'incident l'avait laissé "très secoué et très nerveux, je ne sais pas." "C'est comme si toute ma chair de poule devenait folle, c'est juste un choc et une crainte, plus ou moins", a-t-il déclaré.

Egbert Field, directeur général de l'Autorité de l'aviation civile du Guyana, a déclaré que les pilotes de l'avion n'avaient pas encore été interrogés, mais que l'enregistreur de données de vol et l'enregistreur de conversations du poste de pilotage avaient été retirés de l'avion détruit et envoyés aux États-Unis pour analyse.

"Ils ont été récupérés et seront envoyés au Bureau national de la sécurité des transports pour décodage", a déclaré Field.

La police et les soldats guyanais ont sécurisé le lieu de l'accident pour permettre aux enquêteurs de commencer à travailler.

"Nous pouvons confirmer que le vol OJ256 de Fly Jamaica à destination de Toronto est revenu à Georgetown avec un problème technique et qu'il a eu un accident à l'atterrissage", a déclaré la compagnie aérienne.

"Pour le moment, nous pensons que les 118 passagers et les huit membres d'équipage sont en sécurité. Nous fournissons une assistance locale et publierons des informations complémentaires dès qu'elles seront disponibles", ajoute le texte.

ERREUR: Macro / ads / dfp-ad-article-new est manquant!

<! –

->

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.