Home » Yvelines. Saint-Germain-en-Laye : les élèves du lycée Jeanne d’Albret bientôt privés de cantine ?

Yvelines. Saint-Germain-en-Laye : les élèves du lycée Jeanne d’Albret bientôt privés de cantine ?

by Nouvelles
Actuellement, les 1 600 élèves du lycée Jeanne d’Albret de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) ne peuvent pas accéder tous les jours à la cantine (photo d’archives). (©Philippe Roudeillat / 78actu)

Les élèves du lycée Jeanne d’Albret à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) vont-ils bientôt être purement et simplement privés de cantine ?

Alors que la direction de l’établissement doit déjà gérer les contraintes liées à la Covid-19 pour l’organisation de ce service, elle doit également faire face à un problème récurrent de personnel de « restauration qualifié et en nombre suffisant » pour sa préparation.

« Aucun titulaire ne serait disponible, ni aucun contractuel »

Un problème qui, s’il n’est pas résolu, pourrait pousser ce lycée de près de 1 600 élèves à fermer la restauration.

La proviseure, Catherine Mary, a fait le point sur la situation dans un courrier adressé début octobre aux élèves et à leurs parents.

« Nous avons été reçus par la Région île-de-France vendredi 1er octobre afin d’exposer nos problèmes de personnels de vive voix. Aucune solution pérenne ne nous a de nouveau été proposée : aucun titulaire ne serait disponible, ni aucun contractuel. »

Catherine Mary, la proviseure du lycée Jeanne d’Albret.

Contactée le lundi 11 octobre, en début d’après-midi, cette dernière ajoute :

« Aujourd’hui, nous fonctionnons avec 3 cuisiniers intérimaires sur 4 postes de cuisiniers le midi. L’intérim suppose des contrats très courts, des renouvellements… Parfois, on ne sait pas le vendredi si cela va bien être renouvelé pour le lundi. Et surtout, ce sont des personnes qu’il faut que l’on forme à chaque fois. »

Dans cette configuration, la proviseure ne peut envisager la montée en puissance attendue suite à la mise en place des conditions matérielles permettant d’accueillir en toute sécurité tous les élèves souhaitant se rendre à la cantine.

Impossible de passer des 850 à 1 300 repas par jour

« Nous avons une très grosse demi-pension. Actuellement, nous sommes à 850 repas pas jour mais, à partir du 18 octobre, nous allons remonter à 1 200/1 300 repas par jour. C’est la norme pour nos 1 600 élèves. Pour l’instant, nous avons freiné notre capacité, qui aurait déjà pu remonter, car nous étions très prudents face à la menace d’une 4e vague. Mais, avec des cuisiniers intérimaires, ce n’est pas suffisamment solide pour envisager de passer à 1 200/1 300 repas par jour. »

Ainsi, si les conditions ne sont pas réunies, la proviseure indique dans son courrier aux élèves et aux parents qu’elle sera contrainte de fermer la cantine.

« J’attire donc votre attention sur le fait que, si le lundi 18 octobre, la Région ne nous a toujours pas proposés de solution pérenne (affectation de titulaire ou de contractuel pour un temps long), nous serions alors dans l’obligation de fermer purement et simplement la restauration à compter de cette date et tant que des personnels qualifiés ne seraient pas recrutés. »

Un roulement pour accéder à la cantine

Alors que la montée en puissance avait, dans un premier temps, été envisagée à partir du 1er octobre, la situation a poussé la direction à reconduire, pour cette semaine encore, le système de roulement existant depuis l’année dernière.

Celui-ci devait permettre de ne pas dépasser les capacités d’accueils restreintes mises en place dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Si tous les élèves ont aujourd’hui accès à la cantine le vendredi, les terminales ne peuvent y accéder le lundi, les classes de première le mardi et celles de seconde le jeudi.

Quant au mercredi, seuls les élèves ayant cours l’après-midi peuvent toujours s’y rendre.

« Merci aux élèves n’ayant pas cours certains après-midi (le vendredi par exemple) de ne pas déjeuner à la cantine, ajoute la direction de l’établissement dans le courrier. D’une manière générale, nous remercions les élèves qui le peuvent, de déjeuner préférentiellement chez eux. »

La situation n’est évidemment pas du goût des représentants des parents d’élèves qui soutiennent la proviseure dans son combat pour maintenir la cantine.

« Pas de bonnes conditions »

« Qu’on laisse la possibilité aux enfants d’aller manger à l’extérieur, c’est une chose, mais le principe de la cantine c’est qu’ils puissent avoir un repas chaud, de bonne qualité pour compléter leur journée de travail et qu’ils puissent se concentrer sur leurs études. Quand je vois des enfants qui mangent assis par terre dans la rue aux alentours du lycée, je me dis qu’ils ne sont pas forcément dans de bonnes conditions. En tout cas ce ne sont pas les conditions que l’on attend pour eux pour qu’ils puissent finir leur journée de manière sereine. »

Gaëlle Nachbaur, représentante FCPE.

Si les températures sont encore clémentes qu’en sera-t-il du déjeuner des lycéens pris à l’extérieur quand ces dernières chuteront et que la météo se montrera plus capricieuse ?

La Région promet un cuisinier titulaire

Interrogée, le vendredi 15 octobre, sur ce problème rencontré au lycée Jeanne d’Albret de Saint-Germain-en-Laye et sur cette menace de fermeture de la cantine, la Région Ile-de-France a indiqué, le lundi 11 octobre en fin de journée, qu’une solution aurait été trouvée.

Elle assure qu’un cuisinier titulaire devrait être affecté dans le lycée à compter du 18 octobre prochain.

Sur les 46 postes d’agents régionaux que compte le lycée, la Région dénombre 10 agents absents.
La Région Île-de-France a donc déployé, depuis la rentrée de septembre, des agents intérimaires pour pallier l’absentéisme, garantir le bon fonctionnement du lycée et assurer la continuité du service public.
Aujourd’hui, 7 agents d’entretien général et 3 cuisiniers intérimaires sont présents.
Pour renforcer l’équipe régionale, un cuisinier titulaire sera affecté dans cet établissement à compter du 18 octobre prochain.

Région Ile-de-France

Pour la Région, qui aurait informé la direction de l’établissement du lycée Jeanne d’Albret des solutions trouvées,  l’ensemble de ces mesures devrait « permettre au service de restauration de fonctionner . »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre 78actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.