nouvelles (1)

Newsletter

Virus Zika lié à des lésions du fond d’œil chez les nouveau-nés dans les territoires français

Cette équipe de recherche a mené une étude multicentrique transversale pour rapporter les manifestations du fond d’œil chez les nourrissons exposés au ZIKV congénital en Guyane française, en Martinique et en Guadeloupe, dans les Antilles françaises.

Des chercheurs français ont rapporté que le virus Zika pourrait être responsable d’anomalies oculaires trouvées chez les enfants de mères ayant eu une infection confirmée par le virus Zika en Guyane française, en Guadeloupe et en Martinique, dans les Antilles françaises,1 selon Harold Herle, MD, PhD, auteur principal de l’étude du Département d’ophtalmologie, Hôpital universitaire de la Martinique, Hôpital Pierre Zobda Quitman, Fort-de-France, Martinique, Antilles françaises, France.

Cette équipe de recherche a mené une étude multicentrique transversale pour rapporter les manifestations du fond d’œil chez les nourrissons exposés au ZIKV congénital en Guyane française, en Martinique et en Guadeloupe, dans les Antilles françaises, afin d’évaluer sa prévalence. Ils ont cherché à déterminer les facteurs de risque, en particulier la présence de maladies extraoculaires présentes chez les fœtus et le terme gestationnel au moment de l’infection.

L’étude prospective s’est déroulée du 1er août 2016, date du début de l’épidémie de ZIKV aux Antilles, au 30 avril 2019, et a inclus des nouveau-nés dont les mères avaient été testées positives au ZIKV pendant la grossesse.

Les principaux critères de jugement étaient la présence d’anomalies du vitré, de la choroïde, de la rétine et du disque optique observées lors des examens du fond d’œil utilisant l’imagerie rétinienne à grand champ après dilatation de la pupille. La date d’infection, le mode d’accouchement et les mesures du nouveau-né ont été recueillis.

Découvertes chez les nouveau-nés

L’étude a inclus 330 enfants (âge moyen, 68 jours) ont été inclus.

Les investigateurs ont rapporté que 11 enfants (3,3 %) présentaient des hémorragies rétiniennes périvasculaires et 3 (0,9 %) présentaient des lésions compatibles avec une infection congénitale au ZIKV, c’est-à-dire que 1 enfant présentait chacun une maculopathie torpille, une cicatrice choriorétinienne avec colobome de l’iris et du cristallin et une lésion choriorétinienne. cicatrice.

Le dépistage précoce de l’enfant à la naissance a montré des hémorragies rétiniennes. Les lésions compatibles avec une infection congénitale à ZIKV n’étaient pas associées à la présence de pathologies fœtales extraoculaires. La microcéphalie n’était pas associée à des lésions compatibles avec une infection congénitale au ZIKV (odds ratio [OR], 9.1 ; Intervalle de confiance à 95 % [CI]0,8-105,3; P = 0,08), mais une microcéphalie sévère était associée à un OR de 81 (IC à 95 %, 5,1-1297,8 ; P= 0,002).

Les auteurs ont commenté : « Les résultats de cette étude transversale suggèrent que les anomalies oculaires trouvées pourraient être associées au ZIKV chez 0,9 % de la population exposée. Les lésions oculaires étaient rares et affectaient principalement la choroïde et la rétine et semblaient être associées à des cicatrices liées à la choroïdite qui se sont développées pendant la croissance fœtale.

Référence
1. Herle H, Chassery M, Béral ​​L, et al. Modifications du fond d’œil chez les descendants de mères infectées par le virus Zika pendant la grossesse en Guyane française, Guadeloupe et Martinique, Antilles françaises. JAMA Ophtalmol.Publié en ligne le 1er septembre 2022. doi:10.1001/jamaophthalmol.2022.3405
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT