Vignette pour poids lourds: décision du gouvernement d'ici fin octobre

Paris – Le gouvernement décidera d'ici fin octobre de l'éventuelle mise en œuvre en 2020 d'une vignette pour taxer les poids lourds "traversant la France" sans financement d'infrastructures ", a déclaré mercredi le ministre des Transports Elisabeth Borne.

"Nous essayons d'impliquer le financement des infrastructures, en particulier ceux qui ne participent pas aujourd'hui, par exemple, les camions lourds qui se remplissent au Luxembourg ou en Belgique, traversent la France puis se ravitaillent en Espagne. ministre sur CNews. La mise en place d'une telle "vignette" a été prononcée fin septembre par François de Rugy, ministre de la Transition écologique, qui avait utilisé le terme que Mme Borne n'avait pas repris mercredi. Une décision sera prise "avant la présentation de la loi sur la mobilité, à savoir fin octobre", a-t-elle ajouté. Cette vignette permettrait de financer des investissements dans les infrastructures à partir de 2020. "Nous recherchons une nouvelle ressource d'environ 500 millions d'euros par an", a déclaré le ministre des Transports. La mesure ne concernerait que les camions et non les voitures. "Il ne s'agit pas de refaire la taxe écologique", a prévenu Mme Borne. La question de savoir si seuls les poids lourds étrangers seront couverts par cette vignette doit encore être tranchée, at-elle ajouté. Du côté des transporteurs, la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) a condamné l’introduction d’une telle vignette en France, soulignant "qu’il ne s’agissait que de taxer le secteur routier à plusieurs reprises". "Nous entendons (..) toutes sortes d’arguments anti-camionnage qui ne reposent le plus souvent sur aucune réalité économique, statistique ou environnementale", a déclaré Florence Berthelot, déléguée générale, lors d’une audition avant le développement durable de l’Assemblée nationale. "Le problème avec la vignette est qu’il est temporel (…) Enfin, celui qui roule 100 kilomètres dans la journée paiera le même prix que celui qui roulera sur 10 kilomètres, donc il est complètement déconnecté de la réalité, de l'utilisation de l'infrastructure ". Le représentant de la FNTR a également souligné une rhétorique «quelque peu démagogique» selon laquelle seuls les camions étrangers pourraient être taxés. "Nous devons taxer les deux", a-t-elle déclaré, "les traités de l'UE interdisent aux résidents d'être discriminés à l'encontre des non-résidents". Une autre organisation de transporteurs, l'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), avait rejeté lundi toute taxe supplémentaire sur son activité, estimant que les transporteurs paient déjà un montant élevé de taxes et de redevances pour financer la maintenance des infrastructures.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.