Vaidere : la Russie veut sortir de l’isolement imposé par l’Occident

Russie veut sortir de l’isolement occidental qu’il a mérité à juste titre dans un site de microblogging “Twitter“Un membre du Parlement européen a déclaré mercredi soir Inese Vaidere (JV).

Le contenu continuera après l’annonce

Publicité

Elle pense que la politique étrangère agressive de la Russie est comme un hooliganisme d’enfant dans une tentative désespérée d’attirer l’attention sur elle-même.

“Il est clair que la Russie veut sortir de l’isolement de l’Occident, dans lequel elle s’est enfoncée à juste titre, surtout après l’annexion de la Crimée”, écrit l’homme politique.

Selon elle, les récentes « inquiétudes en matière de sécurité » de la Russie sont profondément déroutantes, et même tous les Russes ne les comprennent pas vraiment.

“Il est clair que OTAN ne doit pas céder [Krievijas prezidenta Vladimira] Les exigences absurdes de Poutine », a souligné Vaidere, ajoutant qu’aujourd’hui le secrétaire général de l’alliance Jenss Stoltenberg souligné à juste titre qu’il ne peut être question de réduire la présence de l’OTAN en Europe de l’Est et que la Russie ne peut Ukraine ou décider de l’adhésion de la Géorgie à la place de la Géorgie.

Il a déjà été écrit que Stoltenberg a déclaré mercredi après la réunion du Conseil OTAN-Russie que les deux parties étaient convenues de poursuivre les discussions, bien qu’elles aient d’importantes divergences d’opinion.

Après la réunion, Stoltenberg a déclaré que l’alliance avec la Russie avait des divergences d’opinion importantes concernant les “garanties de sécurité” exigées par le Kremlin, mais que les alliés de l’OTAN sont prêts à rencontrer à nouveau les représentants russes.

“Il existe des divergences d’opinion significatives entre les alliés de l’OTAN et la Russie sur ces questions, et ces divergences ne seront pas faciles à combler”, a déclaré Stoltenberg. “Mais le point positif est que tous les alliés de l’OTAN et la Russie sont assis à la même table.”

Selon Stoltenberg, les deux parties “ont exprimé la nécessité d’un dialogue et d’examiner le calendrier des prochaines réunions”.

Il a déclaré que les Alliés avaient convenu de tenir une série de pourparlers avec Moscou sur diverses questions stratégiques.

“La Russie n’était pas en mesure d’accepter la proposition. Ils ne l’ont pas rejetée et les responsables russes ont expliqué qu’ils avaient besoin de temps pour revenir à l’OTAN avec une réponse”, a déclaré Stoltenberg.

Il a également averti que la Russie n’aurait pas de droit de veto sur toute décision de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN et a appelé à la désescalade des forces concentrées de la Russie à la frontière ukrainienne.

“L’Ukraine est un État souverain, l’Ukraine a le droit de se défendre. L’Ukraine n’est pas une menace pour la Russie”, a déclaré Stoltenberg. “C’est la Russie qui est l’agresseur. C’est la Russie qui a utilisé et continue d’utiliser la force contre l’Ukraine. Et puis ils rassemblent environ 100 000 soldats, de l’artillerie, des véhicules blindés, des drones, des dizaines de milliers de soldats prêts à combattre et utiliser une rhétorique menaçante – c’est donc un problème. “

Profondément préoccupée par la concentration des forces russes aux frontières de l’Ukraine, l’Alliance tente depuis des mois d’organiser une rencontre entre l’OTAN et le Conseil russe, mais cette voie diplomatique semblait menacée après le scandale d’espionnage d’octobre.

Le Conseil est utilisé pour le dialogue depuis 2002.

Moscou a lancé un ultimatum à l’Occident exigeant l’arrêt de la poursuite de l’expansion de l’OTAN à l’est, ainsi que le démantèlement des infrastructures de l’Alliance dans les soi-disant nouveaux États membres, rétablissant le statu quo le 27 mai 1997, c’est-à-dire avant le premier élargissement.

Président de la Russie Vladimir Poutine a menacé que si Moscou ne recevait pas les “garanties de sécurité” qu’il avait demandées, il devrait prendre des “mesures techniques militaires”.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov et d’autres hauts responsables russes ont pris part aux pourparlers à Bruxelles. Ils se sont rendus à Bruxelles après que des pourparlers de sécurité entre des responsables américains et russes aient eu lieu lundi à Genève.

Previous

Pour prévenir la transmission de la dengue, le village de Pemecutan Kelod procède à la brumisation

Drame! Kiril Petkov avec un message choquant

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.