Vaccination contre la grippe: comment le faire, que vous soyez (ou non) à risque – Limoges (87000)

0
30

Pouvez-vous aller chez un pharmacien pour vous faire vacciner? Quels professionnels de la santé peuvent s'injecter? La prescription médicale est-elle indispensable? Le remboursement du vaccin antigrippal est-il systématique?

La vaccination contre la grippe saisonnière soulève une multitude de questions, dont les réponses peuvent varier en fonction de votre profil. Décryptage.

Profil n ° 1: vous êtes à risque

En Limousin, vous êtes environ 150 000 assurés sociaux à avoir reçu chez vous de la part du caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) une lettre vous invitant à vous faire vacciner, accompagnée d'un bon de remboursement à 100%.

Pour faire partie de ce public ciblé par la campagne, vous devez avoir 65 ans et plusou souffrir de certains des pathologies (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, immunodéficience, bronchopneumopathie chronique obstructive …), ou souffrent deobésité morbideou être Enceinte

Pour vous, il est possible de obtenez le vaccin gratuitement à la pharmacie sur présentation du bon de CPAM et vous vacciner sur place. A condition que la pharmacie figure parmi les 250 agréés à cet effet, en Limousin, par l'agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine.

En Limousin, 77% des pharmacies du territoire sont autorisées à vacciner contre la grippe.

Pour cela, la pharmacie doit offrir un espace confidentiel – pas question de se faire vacciner sur le comptoir – et son personnel (pharmacien uniquement, pas de préparateur ni d'étudiant en pharmacie) a été formé.

Conduite pendant deux ans en Limousin et en Nouvelle-Aquitaine, l'expérimentation de la vaccination en pharmacie est aujourd'hui généralisée dans toute la France.

"Initialement, en 2017, nous ne pouvions pas vacciner les vaccinés pour la première fois, en particulier les personnes âgées de plus de 65 ans", explique Jean Cathalifaud, président de l'Union des pharmaciens de Haute-Vienne. Pour augmenter la couverture vaccinale, les autorités publiques ont compris que ce public devait aussi être soigné. "

"Les infirmières peuvent maintenant vacciner tous les adultes à la campagne,
y compris les femmes enceintes et celles qui n'ont jamais été vaccinées,
sans prescription médicale préalable "

Béatrice Campovecchio (Président du conseil général de l'ordre des infirmières de la Haute-Vienne)

D'autre part si tu es mineurvous devez toujours consulter votre médecin. Et si vous avez soumis antécédents de réaction allergique grave à l'ovalbumine ou vaccination antérieurePas moyen de faire ça dans la pharmacie.

Outré chez votre médecin, l'injection peut aussi se faire sans ordonnance et avec le bien de la CPAM avec votre infirmière libérale (*) ou votre sage-femme, lors d’un rendez-vous remboursé aux conditions classiques par la Secu. L'injection en vaut donc la peine, sauf chez les patients atteints d'une affection de longue durée et couverts à 100%.

Profil n ° 2: vous êtes en bonne santé mais craignez la grippe

La vaccination n'est pas recommandée, mais vous pouvez avoir de bonnes raisons de le vouloir, par exemple, éviter de rester alité pendant des jours et de ne pas pouvoir travailler. Pas besoin de demander à votre pharmacien. "Nous ne sommes pas autorisés à vacciner l'ensemble de la population", poursuit Jean Cathalifaud. Mais pour vendre le produit, oui.

Parce qu'il n'est pas pas besoin de demander une commande à son médecin (si vous le faites, il sera indiqué dans tous les cas la mention "non remboursable"). L’achat direct dans la pharmacie, environ 10 € – qui ne sera pas non pris en charge par le Safely -, est possible, mais vous devrez retourner chez votre généraliste pour une injection ou chercher une infirmière libérale (avec une ordonnance médicale dans ce dernier cas). L'acte et / ou la consultation seront remboursés au taux habituel.

Profil n ° 3: vous êtes un professionnel de la santé ou êtes en contact avec un public fragile

Parce que vous êtes considéré comme un vecteur de transmission du virus aux patients, la vaccination est également recommandée, mais n'est pas obligatoire. Seuls le DTP et l'hépatite B le sont. "La grippe était en 2005 et devrait être conforme à l'article L3111-4 du code de la santé publique, mais un décret d'octobre 2006 a suspendu cette obligation car le vaccin n'est pas efficace à 100%", recontextualise Michel Druet-Cabanac, responsable du Département de médecine du travail de l'hôpital universitaire de Limoges.

Pour les médecins et infirmières privés, ainsi que pour les pharmaciens des pharmacies, le vaccin est couvert à 100% par l'assurance maladie.. Pour les professionnels de la santé salariés, ce sont les institutions patronales qui organisent la vaccination. C’est le cas à l’hôpital universitaire de Limoges, par exemple (lire ci-dessous).

Les aidants peuvent également être vaccinés par un pharmacien. De la même manière que les employés de crèches, de maisons de retraite ou même d’équipages de conduite (navires de croisière ou avions).

(*) L'élargissement du certificat de vaccination aux pharmaciens est modérément apprécié par les infirmières libérales. Ceux-ci sont rémunérés de différentes manières par Medicare pour l'injection. Donc, s’il s’agit d’un rendez-vous "où la vaccination est un deuxième acte, passé à l’occasion de la réalisation d’un pansement par exemple, c’est à moitié prix pour le professionnel", explique Bruno Delhomme, président du conseil de l’ordre régional Et si c’est le troisième acte, il passe inaperçu car il n’est pas facturé à la CPAM: pour chaque vaccination, le pharmacien est payé 6,30 €.

La couverture vaccinale reste insuffisante

La réticence au vaccin antigrippal est toujours d'actualité.
Dans la population cible de la campagne, L’objectif de 75% est encore loin.
Pour la saison 2018-2019, en Haute-Vienne, la couverture vaccinale est de 52,4% pour les 65 ans et plus.
En Corrèze, ce taux était de 51,3%; et en Creuse, 48,7%.
Du côté des soignants, les chiffres sont encore pires. Selon vousenquête nationale menée en juin et juillet 2019 par Public Health France 141 établissements de santé (dont 7 en Nouvelle-Aquitaine, dont l’Hôpital Universitaire de Limoges, lire ci-dessous), 35% des professionnels étaient vaccinés contre la grippe: 67% des médecins, 48% des sages-femmes, 36% des infirmières, 21% des aidants naturels.
La même étude portant sur 552 EHPAD (dont 59 dans notre région) a estimé le taux global à 32%.

Comment ça se passe dans une institution
de la santé: l'exemple de l'hôpital universitaire de Limoges


Le centre hospitalier universitaire et plus particulièrement son service de médecine du travail offrent depuis longtemps la vaccination aux agents. La campagne visitera les cinq établissements en novembre: les 4 et 5 novembre, donc à Dupuytren I, 6, 7 et 8 Dupuytren II, de 18 à l’hôpital de la mère et de l’enfant, à Chastaingt et à Rebeyrol, sans oublier le personnel restaurant à la fin du mois.

"Nous sommes dans les théâtres et les agents viennent nous voir", explique Michel Druet-Cabanac, directeur de la médecine du travail du CHU depuis dix ans. "Ensuite, nous effectuons une opération" dos à dos ", directement dans les services, à proximité du personnel et surtout la nuit."

L'année dernière, 29% de la population active avait été vaccinée. Les résultats sont variables. À l'HME, 50% du personnel a déménagé contre 12% à Chastaingt. Un taux bas dans cet établissement pour personnes âgées que le CHU espère augmenter. "Cette année, un médecin gériatrique de référence procédera à la vaccination sur place. Des études indiquent que si un membre du service procède à la vaccination, cela incitera davantage à le faire", poursuit le professeur Druet-Cabanac.

Notez que "entre 7 et 10% des employés le font à l'extérieur".

Hélène Pommier

. (TagsToTranslate) Limoges (t) 87000

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.