Université de Duisburg-Essen : pas d’augmentation du taux de mortalité due au COVID-19 en Allemagne

| |

24 oct. 2021 21:03 Uhr

Pour savoir si plus de personnes sont mortes au cours de l’année Corona 2020 que sans l’apparition du nouveau coronavirus Le SRAS-CoV-2 avait été le cas, des scientifiques de la faculté de médecine de l’Université de Duisburg-Essen, avec des collègues, ont analysé le nombre de décès en Allemagne, en Suède et en Espagne de 2016 à 2020 et l’ont publié dans le magazine spécialisé Plos Un publié : Le résultat de l’étude : Même s’il y a eu environ 34 000 décès associés au COVID-19 en 2020, il n’y a pas eu de surmortalité en Allemagne en 2020.

Comme l’a expliqué Bernd Kowall, l’un des auteurs de l’étude, en se concentrant sur la surmortalité, on pourrait éviter des problèmes qui résulteraient autrement des différences considérables qui sont faites dans le monde dans la définition des décès dus au COVID-19. En Allemagne, par exemple, l’Office fédéral de la statistique définit la surmortalité comme le nombre absolu de décès par rapport à la moyenne des quatre années précédentes. Cependant, comme l’a expliqué l’épidémiologiste, de telles définitions sont insuffisantes :

« Cependant, il ne suffit pas de se fier uniquement aux décès nets. Les changements dus au changement démographique doivent également être pris en compte, en particulier le nombre plus élevé de personnes âgées et l’allongement de l’espérance de vie.

Si l’on prend en compte le vieillissement de la société dans l’étude, on pourrait même prouver un taux de sous-mortalité de 2,4% pour l’Allemagne. Cependant, cela n’est surprenant qu’à première vue, car non seulement les décès liés au coronavirus sont inclus dans les statistiques. Il est bien connu que l’épidémie de grippe ne s’est pas produite au cours des deux derniers hivers et que d’autres effets respiratoires étaient également moins fréquents. On sait également qu’il y a eu beaucoup moins d’accidents de la route mortels pendant le verrouillage initial.

Analyse des données par le LMU Munich : pas de surmortalité dans la crise corona

De plus, l’âge médian au décès des personnes décédées avec ou de COVID-19 était de plus de 80 ans, dont beaucoup avaient de nombreuses maladies antérieures diagnostiquées. Statistiquement parlant, les personnes ayant des problèmes de santé à un âge avancé ont une espérance de vie considérablement réduite même sans infection par le SRAS-CoV-2. Il y a aussi de plus en plus de personnes âgées en Allemagne : le nombre de personnes de plus de 80 ans a augmenté de 20 % de 2016 à 2020, et l’espérance de vie n’a cessé d’augmenter depuis des décennies. Par conséquent, les personnes décédées avec un résultat COVID-19 qui n’auraient pas survécu à 2020 même sans Corona n’ont pas été incluses dans l’étude en tant que surmortalité. Cependant, il est également possible que des personnes souffrent de problèmes de santé et meurent à cause des restrictions gouvernementales, ou qu’elles ne se rendent plus chez le médecin ou à l’hôpital par peur. En Allemagne, par exemple, beaucoup moins de personnes ont été traitées pour une maladie cardiaque ou un cancer l’année dernière, mais au moins jusqu’à présent, cela n’a eu aucun effet sur la surmortalité.

Ce qui est également intéressant dans l’étude, c’est la comparaison avec d’autres pays comme la Suède ou l’Espagne. Pour la Suède, qui, par rapport à d’autres pays européens, avait beaucoup moins de restrictions gouvernementales, les chercheurs ont déterminé un taux de surmortalité de trois pour cent. Les chercheurs citent le taux de mortalité élevé dans les maisons de retraite et les maisons de retraite au cours de la première vague comme cause possible. Selon l’étude, la surmortalité pour l’Espagne est de huit pour cent. Les scientifiques ont cité la pénurie de médecins et d’infirmières, de tests et d’équipements de protection qui existait en Espagne au début de la crise de Corona comme cause possible de cela. Le nombre élevé de voyages entre Madrid et d’autres parties du pays pourrait également être une cause possible. Concernant les résultats et le constat qu’il n’y avait pas de surmortalité en Allemagne en 2020, Kowall a déclaré :

«Notre résultat ne signifie pas que le coronavirus est inoffensif et qu’il n’y a eu aucun décès par corona. Cependant, cela montre également qu’il faut être modéré lors de l’évaluation et ne pas semer la panique. »

plus sur le sujet – Décès dans l’année Corona 2020: pas besoin de paniquer

Previous

« Ces maladies sont désormais évitables par la vaccination » : les parallèles entre la polio et le COVID-19

Sur la ville de New York perdant sa seule station de radio country

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.